L'école

Autonomie et handicap

Mines Saint‐​Étienne mène depuis plu­sieurs années une poli­tique volon­ta­riste dans la prise en compte du han­di­cap et reven­dique d’être une école handi‐​accueillante sur ses cam­pus.

À ce titre, elle est à nou­veau signa­taire de la charte han­di­cap de la Conférence des Grandes Écoles (CGE) éta­blie en février 2019 — consul­tez le baro­mètre han­di­cap 2019 paru en jan­vier 2020.

L’objectif pre­mier est de per­mettre un accueil, une inté­gra­tion et un accom­pa­gne­ment de qua­li­té des élèves et des per­son­nels en situa­tion de han­di­cap, tout en pro­po­sant de nom­breux pro­jets de sen­si­bi­li­sa­tion direc­te­ment ins­crits dans les cur­sus péda­go­giques, pour mieux faire connaitre et com­prendre les dif­fé­rentes typo­lo­gies de han­di­cap et abor­der les avan­cées tech­no­lo­giques qui y sont asso­ciées.

Pour arri­ver à ce résul­tat, notre école met en syner­gie la com­mis­sion autonomie‐​handicap de l’école, l’association Handi Mines (créée par les élèves du cur­sus Ingénieur Civil des Mines) et des élèves impli­qués dans des pro­jets péda­go­giques.

Actions, formation & sensibilisation

La stra­té­gie adop­tée consiste à inté­grer direc­te­ment des actions péda­go­giques ori­gi­nales en lien avec le han­di­cap dans le par­cours des futurs ingé­nieurs. Chacune de ces actions com­porte sys­té­ma­ti­que­ment deux élé­ments essen­tiels : d’une part les tech­no­lo­gies de pointe qui retiennent l’attention des élèves, d’autre part les aspects sociaux et humains qu’ils devront avoir assi­mi­lés pour être des mana­gers et/​ou ingé­nieurs « com­plets » à la fin de leurs études.

Chaque année, la jour­née Handi’Tech est pro­po­sée aux 3 pro­mo­tions ICM, au per­son­nel de l’école, aux éta­blis­se­ments d’enseignement supé­rieur du ter­ri­toire et aux par­te­naires de la Ville en par­tage.

Thèmes majeurs abor­dés depuis 5 ans : muco­vis­ci­dose et soins asso­ciés (2015), implants cochléaires, gain et limites (2016), ampu­ta­tion et dis­po­si­tifs asso­ciés, réadap­ta­tion fonc­tion­nelle et sociale, pra­tique de sports adap­tés (2017), auto­no­mie et indé­pen­dance (2018), mala­dies dégé­né­ra­tives /​ SLA (2019) et le don (moelle osseuse, sang, pla­quettes, organes…) en 2020.

D’autres temps de for­ma­tion et modules au choix sont offerts à nos élèves :

  • Réaliser un pro­jet citoyen (ICM) ou pro­jet Ingénieur Solidaire en Action (ISMIN) en lien avec le han­di­cap ;
  • Obtenir le label Handi Manager déli­vré par Companieros et cer­ti­fié par l’AFNOR ;
  • Suivre un module Interculturalités sur le han­di­cap (être enten­dant vs être sourd /​ tri­so­mie 21 : auto­no­mie et indé­pen­dance /​ Perte de capa­ci­té (pour 2020/​2021).

Voir le bilan des actions 2018–2019

Une pédagogie active et participative en lien avec les entreprises

La péda­go­gie pro­po­sée aux élèves est un moyen de sor­tir des cours « clas­siques » et de les mettre dans une pos­ture de pilotes tout au long de leur par­cours d’études :

  • Recours au desi­gn thin­king, fon­dé sur une approche plu­ri­dis­ci­pli­naire, pour appor­ter une solu­tion tech­ni­que­ment réa­li­sable, éco­no­mi­que­ment viable et conforme aux attentes des usa­gers. L’objectif pour les élèves est de résoudre des défis, tout en acqué­rant par eux‐​mêmes des savoirs et des com­pé­tences sur le han­di­cap (ex : séances de créa­ti­vi­té lors des Dynamo Days et des Innov’Actions).
  • Rapprochement avec des acteurs des domaines de la san­té, de l’éducation, de l’entreprise et du monde asso­cia­tif, pour construire des situa­tions aux­quelles se confrontent ensuite les élèves, sou­vent en équipes. Parmi les acquis : des méthodes de tra­vail, des com­pé­tences humaines et tech­niques, des capa­ci­tés d’innovation et de créa­tion (ex : PRojets Innovation‐​Création‐​Entreprenariat /​ VISA Entrepreneuriat).
  • Décloisonnement des ensei­gne­ments pour une plus forte inter­ac­ti­vi­té favo­ri­sant la créa­ti­vi­té (ex : jour­née Handi’Tech qui convie des inter­ve­nants d’horizons dif­fé­rents).
  • Développement d’un réseau diver­si­fié pour mener des col­la­bo­ra­tions riches avec les acteurs de ter­rain (ex : pro­jets citoyens et pro­jet Ingénieurs soli­daires en Action, par­ti­ci­pa­tion à des hacka­thons, concours de vidéo, etc.).

Autant d’activités qui per­mettent aux étu­diants, aux enseignants‐​chercheurs et au per­son­nel admi­nis­tra­tif d’aborder le han­di­cap. Les approches péda­go­giques sont diver­si­fiées, les par­te­naires et inter­ve­nants mul­tiples et divers, tous experts dans leur domaine.

Ces évé­ne­ments et actions sont ren­dus très visibles dans l’établissement et contri­buent à une meilleure connais­sance de la pro­blé­ma­tique du han­di­cap. Le pro­grès le plus sen­sible se situe dans la prise de conscience par les élèves de leur rôle futur de cadres diri­geants confron­tés à la réa­li­té du han­di­cap dans leur entre­prise.

La force des réseaux

En com­plé­ment de l’appartenance de l’école à l’IMT qui déploie une stra­té­gie ambi­tieuse en matière de prise en compte du han­di­cap, des tra­vaux effec­tifs sont enga­gés en col­la­bo­ra­tion avec des asso­cia­tions et réseaux tels que la Conférence des Grandes Écoles (CGE) ou l’Université de Lyon.

Un tra­vail est éga­le­ment mené en amont pour accroître la visi­bi­li­té et l’attractivité de l’école, via une infor­ma­tion sys­té­ma­tique au niveau des classes pré­pa­ra­toires et des sup­ports de com­mu­ni­ca­tion adap­tés. L’objectif est d’éviter l’autocensure des étu­diants et de leur don­ner la pos­si­bi­li­té de décla­rer leur han­di­cap via un for­mu­laire confi­den­tiel pour béné­fi­cier d’un accom­pa­gne­ment et d’une offre de ser­vice adap­tés, sans pour autant craindre d’effets néga­tifs pen­dant les études (culture bien­veillante & dis­cré­tion).

Une conven­tion a d’ailleurs été signée avec la Médecine Préventive Universitaire de Saint‐​Étienne dans l’objectif de déli­vrer un avis à l’élève en situa­tion de han­di­cap, afin que l’école puisse mettre en œuvre des amé­na­ge­ments pour les cours et/​ou pour l’organisation des exa­mens (ex : temps sup­plé­men­taire, condi­tions par­ti­cu­lières comme des épreuves écrites plu­tôt qu’orales, ou encore l’adaptation des tests de langues type TOEIC, etc.).

L’attractivité et la force de notre approche ont été remar­quées et appré­ciées lors de pré­sen­ta­tions faites auprès des par­te­naires et des réseaux, ce qui encou­rage à pour­suivre dans cette voie et à éta­blir de nou­velles connexions avec des éta­blis­se­ments moteurs sur cette thé­ma­tique et des entre­prises à la poli­tique RH avan­cée en matière de han­di­cap.

L’inspection aca­dé­mique a favo­ri­sé en 2017 une pré­sen­ta­tion de nos dis­po­si­tifs aux ensei­gnants réfé­rents han­di­cap des col­lèges de la Loire (42). Depuis lors, plu­sieurs struc­tures du ter­ri­toire sou­haitent béné­fi­cier d’un accom­pa­gne­ment sur le déploie­ment d’actions de sen­si­bi­li­sa­tion et/​ou de for­ma­tion de la part de Mines Saint‐​Etienne.

Accessibilité bâtimentaire

Le bâti­ment his­to­rique de l’établissement, situé sur le cours Fauriel à Saint‐​Étienne date de 1927. D’importants tra­vaux de mises aux normes et acces­si­bi­li­té ont déjà eu lieu (accueil, sani­taires, signa­lé­tiques, acces­si­bi­li­té de l’école et des loge­ments étu­diants) et se pour­suivent grâce au sou­tien finan­cier octroyé par la Région Auvergne Rhône‐​Alpes (banque d’accueil acces­sible, dis­po­si­tifs de boucle magné­tique…). Le cam­pus de Gardanne et le cam­pus Santé Innovations, plus récents, sont aux normes.

Contact

Hélène Pangot
Préfète des études /​ réfé­rente han­di­cap
helene.pangot@mines-stetienne.fr
Tél. : +33 4 77 49 97 20

handicap@mines-stetienne.fr