L'école

Les collections de géologie

Contact

Bernard Guy  [http]
Tél. : +33 4 77 42 01 64
bernard.guy@mines-stetienne.fr

Depuis sa fon­da­tion en 1816, l’École des Mines de Saint‐​Étienne a ras­sem­blé diverses col­lec­tions de géo­lo­gie. Celles‐​ci avaient dans le pas­sé un rôle déter­mi­nant pour l’enseignement : ne dit‐​on pas que les écoles des mines se créaient au XVIIIe et XIXe siècle autour de col­lec­tions ? Pour Saint‐​Étienne, ce furent des prêts et dons de la part de l’École
des Mines de Paris qui consti­tuèrent le noyau de départ.
Au fil des ans, des col­lec­tions variées se sont déve­lop­pées, et les dons des ingé­nieurs anciens élèves de l’École tra­vaillant dans des mines du monde entier y contribuèrent.
Aujourd’hui, l’École pos­sède plu­sieurs dizaines de mil­liers d’é­chan­tillons regrou­pés dans les col­lec­tions suivantes :

  • Collections de minéralogie.
  • Collections de roches sédi­men­taires, mag­ma­tiques et métamorphiques.
  • Collections de mine­rais de mines célèbres pro­ve­nant du monde entier.
  • Collections de paléon­to­lo­gie ani­male et végé­tale, avec en par­ti­cu­lier un ensemble de fos­siles végé­taux ser­vant à la défi­ni­tion de l’étage euro­péen du Stéphanien (à la fin du Carbonifère ; nom­mé Gzhélien dans la clas­si­fi­ca­tion internationale).
    Les col­lec­tions du houiller sont mul­tiples, avec en par­ti­cu­lier un dépôt de divers son­dages des bas­sins fran­çais par la Société des Houillères HBCM.
  • Collection de modèles cris­tal­lo­gra­phiques en bois.
  • Collections de météo­rites (mar­quis de Mauroy).
  • Collections consti­tuées par d’anciens pro­fes­seurs et cher­cheurs de l’École des Mines (col­lec­tions Grüner, Neltner, Termier, Demay, etc.). Ce sont le plus sou­vent des col­lec­tions d’intérêt régio­nal (Massifs du Pilat et du Lyonnais, Massif Central), mais aus­si des col­lec­tions d’échantillons pro­ve­nant du Maroc où ont long­temps tra­vaillé les pro­fes­seurs et ingé­nieurs de l’École des mines de Saint‐Étienne).

Si les col­lec­tions ont une valeur essen­tiel­le­ment didac­tique, il existe quelques échan­tillons de grande valeur pour leur rare­té et leur aspect esthé­tique qui ont été expo­sés dans le pas­sé dans les murs de l’École. D’anciens cata­logues fai­sant des inven­taires par­tiels de ces col­lec­tions existent.

Après divers démé­na­ge­ments, les col­lec­tions ont été ins­tal­lées il y a quelques années dans un nou­veau local ; elles y font l’ob­jet d’une remise en ordre et d’un nou­vel inven­taire. Ce tra­vail est ren­du pos­sible par la contri­bu­tion d’une équipe consti­tuée de béné­voles exté­rieurs par­mi les­quels Jean Chalier et Yves Masson du Club miné­ra­lo­gique sté­pha­nois pour la col­lec­tion de miné­raux ; Jean Rieu, pro­fes­seur hono­raire de l’École des Mines de Saint‐​Étienne, pour la col­lec­tion de modèles en bois et de per­ma­nents de l’École plus par­ti­cu­liè­re­ment Marc Doumas  [http] et Florence Dujardin, du Centre SPIN.

Ces col­lec­tions sont vivantes (accueil de visites, prêts, par­ti­ci­pa­tion à des expo­si­tions, etc.).