L'école

Actions vers les personnels

La créa­tion de la Commission Égalité Femmes.Hommes prouve une volon­té d’appropriation de la thé­ma­tique par le per­son­nel de l’école. L’école par­ti­cipe à la dif­fu­sion de l’information sur les actions locales, régio­nales et natio­nales sur l’égalité femmes.hommes, suit les évo­lu­tions RH via le baro­mètre annuel de la Conférences des Grandes Ecoles et est repré­sen­tée dans les réseaux dédiés (CGE, CDEFI…).

Pour les actions vers les per­son­nels de l’école, elle s’appuie depuis 2017 sur les com­pé­tences d’une per­sonne res­source externe, Marion Poitou, for­ma­trice pour adultes, ensei­gnante en sciences humaines et inter­ve­nante en édu­ca­tion pour la san­té, spé­cia­li­sée sur les ques­tions de genres – éga­li­té – mixi­té. Ses inter­ven­tions struc­turent les actions et apportent un appui théo­rique sur ces ques­tions.

Rencontres annuelles

En 2017, une ren­contre pro­fes­sion­nelle « Comment mettre en conscience le per­son­nel et les élèves de l’école sur les sté­réo­types de genre » a été orga­ni­sée. Réunissant les per­son­nels de l’école (administratif.ve.s, enseignant.e.s‑chercheur.e.s), ce temps a nour­ri des échanges riches avec des outils de faci­li­ta­tion de par­ti­ci­pa­tion et des situa­tions vécues par les participant.e.s. Cet évé­ne­ment a été accom­pa­gné d’une cam­pagne d’affichage à l’École.

En 2018, un World Café de sen­si­bi­li­sa­tion « Genre & jeux vidéos » a été orga­ni­sé avec la par­ti­ci­pa­tion de Fanny Lignon, maî­tresse de confé­rence ciné­ma audio­vi­suel à l’Université Lyon 1 – ESPE et d’Agnès Crépet, res­pon­sable inno­va­tion péda­go­gique à Mines Saint‐​Étienne et membre fon­da­teur de l’association Duchess. Au pro­gramme : sexisme en vidéo­lu­die et com­ment le com­battre.

Formations

Une for­ma­tion a réuni des per­son­nels en 2018 sur les ques­tions de genre et les dis­cri­mi­na­tions sexistes. Les participant.e.s ont été invité.e.s à échan­ger sur les repré­sen­ta­tions et les com­por­te­ments sexistes, puis un temps d’information a été pro­po­sé pour mieux cer­ner les notions et les pro­blé­ma­tiques de genre, les leviers d’action pos­sibles, le posi­tion­ne­ment et les réac­tions à adop­ter vis‐​à‐​vis des dis­cri­mi­na­tions et des com­por­te­ments sexistes.
Le recours à des méthodes d’animation attrac­tives (Abaque de Régnier, photo‐​langage) a dyna­mi­sé la ses­sion.