MINES Saint-Étienne

ODD13

Prendre des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions

L’ODD13 a pour objec­tif de ren­for­cer la rési­lience et la capa­ci­té d’adaptation des pays face aux aléas et catas­trophes catas­trophes cli­ma­tiques ain­si que d’amener les dif­fé­rents acteurs à réduire leurs émis­sions de gaz à effet de serre. Cette ambi­tion se tra­duit à chaque échelle : inter­na­tio­nale, natio­nale et locale via notam­ment la sen­si­bi­li­sa­tion des citoyens et la mise en place de sys­tèmes d’alertes rapides. 

Un engagement pour l’éducation de tous sur les enjeux liés au changements climatiques

 

Mines Saint‐​Etienne est co‐​fondatrice de l’Ecole Urbaine de Lyon dont l’une des ambi­tions est de « por­ter sur la scène natio­nale et inter­na­tio­nale la pen­sée et le savoir spé­ci­fique de l’aire métro­po­li­taine lyon­naise en matière d’urbanisme, d’architecture, d’environnement et d’expérimentations urbaines ».

Dans ce cadre, nos ensei­gnants cher­cheurs par­ti­cipent « À l’École de l’Anthropocène », un grand rendez‐​vous annuel qui se veut une « Université ouverte, mon­diale, sur le chan­ge­ment Global ». (lien École de l’Anthropocène).

 

A titre d’exemple, Natacha Gondran, cher­cheuse et pro­fes­seure en éva­lua­tion envi­ron­ne­men­tale au sein de Mines Saint‐​Etienne et membre de l’UMR 5600 EVS a par­ti­ci­pé au sémi­naire « Anthropocène et ensei­gne­ment » en jan­vier 2021. (Vidéo https://youtu.be/iMtcKLElpik) et à la « Rentrée Anthropocène » en octobre 2020 sur la pro­blé­ma­tique des limites pla­né­taire : Tribune « Apprendre à recon­naître ses limites, un défi pour l’Humanité » (lien web).

Mines Saint‐​Etienne acteur de son territoire

Plan cli­mat

Conformément à la loi rela­tive à la Transition Énergétique pour la Croissance Verte, Saint‐​Étienne Métropole a mis en place un « Plan Climat pour la période 2019 ‑2025 » qui prend en compte la qua­li­té de l’air et l’adaptation au chan­ge­ment climatique.

Les objec­tifs du Plan Climat Air Energie Territorial (PCAET) est de

  • réduire les émis­sions de Gaz à Effet de Serre (GES) et les consom­ma­tions d’énergie,
  • amé­lio­rer la qua­li­té de l’air en rédui­sant les émis­sions de pol­luants atmosphériques,
  • adap­ter le ter­ri­toire au chan­ge­ment climatique,
  • aug­men­ter la pro­duc­tion d’éner­gie renouvelable.

Mines Saint‐​Etienne qui entend être actrice de son ter­ri­toire est bien évi­dem­ment signa­taire du PCAET (lien web).

La pla­ni­fi­ca­tion coopérative

Plusieurs pro­jets de recherche inter­ven­tion portent sur la pla­ni­fi­ca­tion coopé­ra­tive des catas­trophes cli­ma­tiques en col­la­bo­ra­tion avec les col­lec­ti­vi­tés locales.

Le pro­jet de recherche « Cit’in crise » s’inscrit dans une réflexion por­tant sur l’implication du citoyen en temps de crise inon­da­tion. Il pro­pose, par la mise en place d’un dis­po­si­tif ludique de simu­la­tion à la ges­tion de crise inon­da­tion de sen­si­bi­li­ser au risque inon­da­tion le grand public ain­si que les sco­laires (écoles et col­lèges). Pour cela, le jeu per­met de don­ner vie à une com­mune fic­tive mais repré­sen­ta­tive du contexte hydro­lo­gique du Rhône, lors d’une crue de ce der­nier (lien web).

Le Projet de recherche « Canicula  » déve­loppe un outil de web map­ping per­met­tant une géo­lo­ca­li­sa­tion des ménages et bâti­ments les plus vul­né­rables aux vagues de cha­leur. Il est issu d’un cou­plage des don­nées acces­sibles sur le parc bâti  (solu­tion Geobuilding) avec les com­po­santes socio­lo­giques des habi­tants (âge, reve­nus, pré­ca­ri­té, …). L’application GeoResilient a pour objec­tif la mise en place d’un obser­va­toire local (ter­ri­toire sté­pha­nois) de sui­vi et de pré­ven­tion des vagues de cha­leur (lien web).

Un autre pro­jet en par­te­na­riat avec l’ARS‐​Ile de France pro­pose un modèle de simu­la­tion qui éva­lue le plan d’ur­gence sani­taire ain­si que sa rési­lience pour la région Ile‐​de‐​France en cas d’i­non­da­tion majeure. (article scientifique).

Des partenariats forts avec les acteurs associatifs pour sensibiliser l’ensemble de nos étudiants aux enjeux climatiques

Pour la troi­sième année, Mines Saint‐​Étienne a orga­ni­sé sa « Rentrée cli­mat » en par­te­na­riat avec l’association « La Fresque du Climat » de sep­tembre à octobre sur ses deux campus.

En 2021, le pre­mier après‐​midi de cours de nos nou­veaux étu­diants ingé­nieur civil des Mines (pre­mière année et admis sur titre en seconde année) a été consa­cré à la Fresque pour le cli­mat, ate­lier de sen­si­bi­li­sa­tion sur les causes et consé­quences du chan­ge­ment cli­ma­tique. Premier temps fort de leur cur­sus autour d’une acti­vi­té ludique mais sérieuse, qui a éveillé cer­tains de nos nou­veaux arri­vants à la néces­si­té d’in­té­grer l’en­jeu cli­ma­tique dans leur choix de cur­sus péda­go­gique et leur futur métier. Ce sont 184 étu­diants, 22 ani­ma­teurs (étu­diants 2A, per­son­nels, cher­cheurs de l’é­cole) et 3 Alumni (Pierre BUESO, Josué Bulot et Loïc Cellier) qui ont par­ti­ci­pé à cet atelier.

La « Rentrée cli­mat » sera éga­le­ment pro­po­sée à la for­ma­tion ISMIN (Ingénieur Spécialité Microélectronique et Informatique) le 25 octobre 2021.


En 2020, 30 nou­veaux ani­ma­teurs de la fresque, (per­son­nels, enseignants‐​chercheurs, élèves), avaient éga­le­ment été for­més, au sein de Mines Saint‐​Etienne, dans le but d’or­ga­ni­ser et d’a­ni­mer la « Rentrée cli­mat ».
En rai­son des condi­tions sani­taires, cette Fresque du cli­mat 100% numé­rique a néan­moins été une grande réus­site avec plus de 190 par­ti­ci­pants en ligne qui ont rele­vé le défi. 30 salles vir­tuelles ont fonc­tion­né en paral­lèle pour accueillir les élèves‐​ingénieurs nou­vel­le­ment arri­vés dans notre école (1A et les 2A AST). 

Bilan carbone et réduction des émissions

Mines Saint‐​Etienne réa­lise régu­liè­re­ment son bilan des émis­sions de gaz à effet de serre (voir le rapport de l’évaluation 2018). Dans sa stra­té­gie déve­lop­pe­ment durable et res­pon­sa­bi­li­té socié­tale (lien web), Mines  Saint‐​Étienne  s’engage  à  réduire  ses émis­sions de gaz à effet de serre par membre de   l’École   (per­son­nels et étu­diants)  de 28 %  entre 2017 et 2030.  A  l’horizon  2026,  l’objectif de réduc­tion est  por­té  à 20  %.  L’indicateur sui­vi por­te­ra sur les émis­sions de gaz à effet de serre directes  et  indi­rectes  de  l’École, divi­sées par  le nombre d’étudiants, en for­ma­tion ini­tiale sous sta­tut étu­diant, ajou­té au per­son­nel hébergé.

Pour iden­ti­fier et suivre les prin­ci­paux postes d’émissions et hié­rar­chi­ser les actions mises en place, dans une optique de réduc­tion des émis­sions, Mines Saint‐​Etienne réa­lise régu­liè­re­ment (confor­mé­ment à la loi) des bilans car­bone.  Ils per­mettent éga­le­ment de mettre en avant nos pro­grès ain­si que les amé­lio­ra­tions à envi­sa­ger, que ce soit en termes de sui­vi ou de récolte des don­nées (Bilan carbone 2018). (Bilan carbone 2010-2017).