Recherche

Biomécanique des tissus mous

Un pro­jet récom­pen­sé par deux bourses euro­péennes de recherche

La thé­ma­tique « bio­mé­ca­nique des tis­sus mous », vise à déve­lop­per des modèles numé­riques qui repré­sentent de manière fidèle la résis­tance et le com­por­te­ment méca­nique des tis­sus mous – matière qui consti­tue les artères, veines, muscles, liga­ments ou la peau – du corps humain.

C’est l’un des domaines d’excellence du Centre Ingénierie et Santé (CIS) de l’École des Mines, qui réa­lise des avan­cées majeures dans la recherche bio­mé­di­cale et du soin à l’interface entre les sciences de la san­té et les sciences de l’ingénieur. C’est le seul centre d’une grande École d’ingénieurs en France à avoir ce double posi­tion­ne­ment, incar­né par son implan­ta­tion sur le nou­veau cam­pus Santé Innovations du Centre Hospitalier Universitaire de Saint Étienne.

Le ter­ri­toire sté­pha­nois est lea­der mon­dial en matière de tis­su bio­mé­di­cal (60% de la pro­duc­tion natio­nale) : le CIS tire le meilleur pro­fit de cet avan­tage, en réa­li­sant une recherche par­te­na­riale avec les prin­ci­paux lea­ders de l’industrie de tex­tiles médi­caux : Thuasne, Gibaud, Sigvaris, Oxylane, Covidien‐​Sofradim.

3,5 m€ : c’est le mon­tant total des deux bourses du pres­ti­gieux Conseil Européen de la Recherche (ERC grants) obte­nues par deux cher­cheurs du CIS en 2015, pour leur pro­jet stra­té­gique en bio­mé­ca­nique car­dio­vas­cu­laire, détec­tion et trai­te­ment des ané­vrismes de l’aorte, qui vaut au centre une recon­nais­sance inter­na­tio­nale.

Implantation locale, rayon­ne­ment inter­na­tio­nal : Les prin­ci­paux par­te­naires de la thé­ma­tique sont : ANSYS, Medtronic, le CHU de Saint‐​Étienne, l’Université de Yale. Avec à la clef, des inter­faces de réa­li­té vir­tuelle utiles pour les chi­rur­giens vas­cu­laires et les indus­triels des dis­po­si­tifs médi­caux.

Pour inno­ver le CIS s’appuie sur un réseau com­po­sé des pôles de com­pé­ti­ti­vi­té Viameca et Lyon Biopôle, des clus­ters régio­naux Sporaltec et ICARE, du Pôle des Technologies Médicales, du Cancéropôle CLARA.

Un pro­jet récom­pen­sé par deux bourses euro­péennes de recherche

La thé­ma­tique « bio­mé­ca­nique des tis­sus mous », vise à déve­lop­per des modèles numé­riques qui repré­sentent de manière fidèle la résis­tance et le com­por­te­ment méca­nique des tis­sus mous – matière qui consti­tue les artères, veines, muscles, liga­ments ou la peau – du corps humain.

C’est l’un des domaines d’excellence du Centre Ingénierie et Santé (CIS) de l’École des Mines, qui réa­lise des avan­cées majeures dans la recherche bio­mé­di­cale et du soin à l’interface entre les sciences de la san­té et les sciences de l’ingénieur. C’est le seul centre d’une grande École d’ingénieurs en France à avoir ce double posi­tion­ne­ment, incar­né par son implan­ta­tion sur le nou­veau cam­pus Santé Innovations du Centre Hospitalier Universitaire de Saint Étienne.

Le ter­ri­toire sté­pha­nois est lea­der mon­dial en matière de tis­su bio­mé­di­cal (60% de la pro­duc­tion natio­nale) : le CIS tire le meilleur pro­fit de cet avan­tage, en réa­li­sant une recherche par­te­na­riale avec les prin­ci­paux lea­ders de l’industrie de tex­tiles médi­caux : Thuasne, Gibaud, Sigvaris, Oxylane, Covidien‐​Sofradim.

3,5 m€ : c’est le mon­tant total des deux bourses du pres­ti­gieux Conseil Européen de la Recherche (ERC grants) obte­nues par deux cher­cheurs du CIS en 2015, pour leur pro­jet stra­té­gique en bio­mé­ca­nique car­dio­vas­cu­laire, détec­tion et trai­te­ment des ané­vrismes de l’aorte, qui vaut au centre une recon­nais­sance inter­na­tio­nale.

Implantation locale, rayon­ne­ment inter­na­tio­nal : Les prin­ci­paux par­te­naires de la thé­ma­tique sont : ANSYS, Medtronic, le CHU de Saint‐​Étienne, l’Université de Yale. Avec à la clef, des inter­faces de réa­li­té vir­tuelle utiles pour les chi­rur­giens vas­cu­laires et les indus­triels des dis­po­si­tifs médi­caux.

Pour inno­ver le CIS s’appuie sur un réseau com­po­sé des pôles de com­pé­ti­ti­vi­té Viameca et Lyon Biopôle, des clus­ters régio­naux Sporaltec et ICARE, du Pôle des Technologies Médicales, du Cancéropôle CLARA.

A l’origine de la struc­ture fédé­ra­tive de recherche IFRESIS qui regroupe l’ensemble des équipes de recherche du cam­pus inno­va­tion san­té, les cher­cheurs du CIS ont créé une uni­té com­mune INSERM‐​UJM‐​EMSE qui s’appelle Santé Ingénierie Biologie à Saint‐​Etienne (SAINBIOSE).