Actualités

| Institut Henri Fayol |Publications| DEFII Fayol| Projets phares |

Numérique : enjeux indus­triels et impé­ra­tifs éco­lo­giques
L’Institut Fayol est hono­ré d’avoir pu appor­ter son exper­tise dans le Cahier de veille 2020 – Numérique durable « Numérique : enjeux indus­triels et impé­ra­tifs éco­lo­giques » de La Fondation Mines‐​Télécom et de l’Institut Mines‐​Télécom.
Sandrine Berger‐​Douce, res­pon­sable du Département « Management res­pon­sable et Innovation » de l’Institut Henri Fayol a par­ti­ci­pé comme experte au volet « La res­pon­sa­bi­li­té au coeur des entre­prises ».

Multi‐​Agent Oriented Programming : Programming Multi‐​Agent Systems Using JaCaMo (Anglais)
Olivier Boissier, Rafael H. Bordini, Jomi Hubner, Alessandro Ricci

The main concepts and tech­niques of multi‐​agent orien­ted pro­gram­ming, which sup­ports the multi‐​agent sys­tems para­digm at the pro­gram­ming level.A multi‐​agent sys­tem is an orga­ni­zed ensemble of auto­no­mous, intel­li­gent, goal‐​oriented enti­ties cal­led agents, com­mu­ni­ca­ting with each other and inter­ac­ting within an envi­ron­ment. This book intro­duces the main concepts and tech­niques of multi‐​agent orien­ted pro­gram­ming, (MAOP) which sup­ports the multi‐​agent sys­tems para­digm at the pro­gram­ming level. MAOP pro­vides a struc­tu­red approach based on three inte­gra­ted dimen­sions, which the book exa­mines in detail : the agent dimen­sion, used to desi­gn the indi­vi­dual (inter­ac­ting) enti­ties ; the envi­ron­ment dimen­sion, which allows the deve­lop­ment of sha­red resources and connec­tions to the real world ; and the orga­ni­za­tion dimen­sion, which struc­tures the inter­ac­tions among the auto­no­mous agents and the sha­red envi­ron­ment.

The book puts the approach into prac­tice using the JaCaMo pro­gram­ming model and plat­form. It employs an easy‐​to‐​follow, step‐​by‐​step style, sho­wing solu­tions to increa­sin­gly com­plex sce­na­rios. The book also dis­cusses the inte­gra­tion of MAOP into exis­ting tech­no­lo­gies and appli­ca­tion domains, inclu­ding mobile com­pu­ting, web‐​based com­pu­ting, and robo­tics. Finally, it consi­ders arti­fi­cial intel­li­gence (AI)–related clas­si­cal pro­blems from an MAOP pers­pec­tive and dis­cusses an agent‐​oriented approach to soft­ware engi­nee­ring.


Appel à articles pour la revue Sustainability

Khaled Medini ensei­gnant cher­cheur à l’Institut Fayol est coré­dac­teur invi­té de la revue Sustainability et il coor­donne le numé­ro spé­cial consa­cré à la « dura­bi­li­té digi­tale ». Les auteurs peuvent pro­po­ser leurs articles jusqu’au 28/​02/​21.
Voir l’ap­pel à articles

Offre de thèse en par­te­na­riat avec le CSTB : « Rénovation éner­gé­tique d’un ter­ri­toire« Sujet : Evaluation du poten­tiel de réno­va­tion éner­gé­tique d’un ter­ri­toire au regard des MTD dans le cadre de démarches de mas­si­fi­ca­tion

Contexte et Descriptif 
Depuis plu­sieurs années, la France est enga­gée dans une Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC) visant à la réduc­tion des émis­sions de GES d’un fac­teur 4 à l’horizon 2050. Le sec­teur du Bâtiment du fait de sa contri­bu­tion aux émis­sions car­bo­nées (envi­ron 27% en scope 2 ; 33% en scope 3) porte des objec­tifs ambi­tieux jalon­nés sur les trois pro­chaines décen­nies (-15% d’énergie finale en 2023 (PPE), ‑28% en 2030 (SNBC), tous les bâti­ments au niveau BBC d’ici 2050 (LTECV)). Face à ces attentes, une stra­té­gie de mas­si­fi­ca­tion de la réno­va­tion éner­gé­tique se des­sine. Si l’ambition est forte et régu­liè­re­ment affir­mée, la mise en oeuvre pose de nom­breuses ques­tions por­tant à la fois sur les per­for­mances réelles attei­gnables par bâti en l’état des connais­sances et pra­tiques mais aus­si sur le poten­tiel effec­tif de réno­va­tion de nos ter­ri­toires. Autrement dit, la dyna­mique actuelle de réno­va­tion et les niveaux obte­nus, mêmes mas­si­fiés, permettront‐​ils dans des condi­tions éco­no­miques rai­son­nables d’atteindre les objec­tifs sou­hai­tés ?

Objectif 
Cette thèse de doc­to­rat a pour objec­tif d’évaluer le poten­tiel de réno­va­tion éner­gé­tique du parc de loge­ments à une échelle ter­ri­to­riale. La ques­tion de recherche asso­ciée peut être expri­mée de la manière sui­vante : « Dans le cadre d’une mas­si­fi­ca­tion de la réno­va­tion éner­gé­tique du parc de loge­ments à l’échelle ter­ri­to­riale et en l’état actuel des tech­niques et connais­sances : Quel est le poten­tiel d’économie d’énergie réel attei­gnable et quels com­pro­mis (tech­nique, éco­no­mique, envi­ron­ne­men­tale) atteindre entre échelles micro (bâti) et macro (ter­ri­toire) ».

Profil du can­di­dat 
De for­ma­tion Ingénieur ou Universitaire (Master) ayant une expé­rience en recherche.
Domaines de com­pé­tences : Outils sta­tis­tiques ®, outils géo­gra­phiques (QGIS), approche mul­ti­cri­tères, ana­lyse de don­nées, ther­mique du bâti­ment, éner­gie.
Equipe d’encadrement :
Laboratoire de recherche d’accueil :

  • Institut Henri Fayol (UMR5600 EVS), Département Génie de l’Environnement et des Organisations. Ecole doc­to­rale de Saint‐​Etienne 488 SIS
  • CSTB, Division Réhabilitation et Gestion de Parc, Direction Energie Environnement,

Directrice de thèse : Valérie LAFOREST (Directrice de recherche, HDR, Mines Saint‐​Etienne, UMR 5600 EVS)
Co‐​encadrant de thèse : Jonathan VILLOT (Mines Saint‐​Etienne, UMR 5600 EVS), Mathieu RIVALAIN (CSTB)
En outre, un comi­té de thèse sera consti­tué et impli­que­ra des par­te­naires du monde éco­no­mique et des aca­dé­miques (exemple : Loire Habitat, ENTPE, OPERENE, Lyon Métropole Habitat, GIS EEDEMS (dont le CSTB et EMSE sont membres)).

Télécharger l’offre


Offre : Post‐​doctorat en sciences de don­nées : graphes pro­ba­bi­listes et clas­si­fi­ca­tion appli­qués à l’analyse des défauts en pro­duc­tion micro‐​électronique

Contexte scien­ti­fique et indus­triel

Ce post‐​doctorat s’inscrit dans le cadre du pro­jet euro­péen FA4.0, en col­la­bo­ra­tion avec les équipes de STMicroelectronics sur Grenoble (Grenoble Reliability & Analysis Laboratory). Plus pré­ci­sé­ment, le pro­jet vise à créer et déployer des solu­tions d’Intelligence Artificielle déve­lop­pées pour trans­for­mer et amé­lio­rer les pra­tiques indus­trielles au sein d’un ser­vice par­ti­cu­lier de l’entreprise : le labo­ra­toire d’analyse des défaillances.
Ce labo­ra­toire est un maillon essen­tiel de la pro­duc­tion indus­trielle, en charge d’analyser et de diag­nos­ti­quer les pro­blèmes de qua­li­té et de défaillance qui appa­raissent dans les pro­ces­sus de pro­duc­tion de wafers micro­élec­tro­niques (fabri­ca­tion de micro‐​puces) et de pro­duits com­plexes.
L’analyse des défaillances tout au long de la chaîne de valeur à par­tir d’une puce, est une condi­tion préa­lable à l’amélioration de la fia­bi­li­té et de la qua­li­té et donc de la com­pé­ti­ti­vi­té des dis­po­si­tifs élec­tro­niques, en par­ti­cu­lier sur le mar­ché de l’automobile et de l’industrie pour les appli­ca­tions exi­geantes en matière de fia­bi­li­té et de sécu­ri­té. La forte pro­gres­sion de la numé­ri­sa­tion et de l’automatisation offre un for­mi­dable poten­tiel pour mieux maî­tri­ser la fia­bi­li­té des pro­duits de haute tech­no­lo­gie qui sont basés sur des sys­tèmes élec­tro­niques de plus en plus com­plexes.
Grâce à l’apport du digi­tal, l’objectif du pro­jet est donc de trans­for­mer les pra­tiques actuelles du labo­ra­toire d’analyse de défaillance, en mobi­li­sant les tech­niques du machine lear­ning. Ces tech­niques per­mettent d’enrichir
la capa­ci­té expli­ca­tive des modèles sta­tis­tiques, par une capa­ci­té ren­for­cée à dis­cri­mi­ner les causes pos­sibles de non fia­bi­li­té et à prendre en compte leurs inter­ac­tions. Plus géné­ra­le­ment, le pro­jet s’inscrit dans les tra­vaux sur l’efficacité du diag­nos­tic par appren­tis­sage, en par­ti­cu­lier par clas­si­fi­ca­tion.

Problématique, Objectifs et Mission de recherche
La spé­ci­fi­ci­té d’un labo­ra­toire d’analyse des défaillances est d’opérer un cer­tain nombre de tests élec­triques, phy­siques et chi­miques, sur les sup­ports micro‐​électroniques qui contiennent les com­po­sants élec­tro­niques sus­cep­tibles d’être atteint par un défaut (défaillance). Lors de cette ana­lyse, la suc­ces­sion des tâches d’exploration dépend des résul­tats obser­vés jusqu’à l’étape t ; la déci­sion pour le choix de l’étape de test sui­vant t+1 dépend des résul­tats obte­nus avant la phase t, et de l’expertise humaine. Ce diag­nos­tic, appli­qué à un sup­port élec­tro­nique sur lequel un défaut a été obser­vé, peut être vu comme un par­cours sur un graphe de déci­sion où chaque nœud est un choix par­mi un ensemble d’alternatives pos­sibles (alter­na­tives : quelle est l’étape d’analyse sui­vante à réa­li­ser ?). Les résul­tats des ana­lyses et ou des tests se pré­sentent sous la forme de don­nées variées (notam­ment d’importantes bases de don­nées d’imagerie par micro­sco­pies diverses, de signaux phy­siques, de mesures, de don­nées tex­tuelles …) qui sont uti­li­sées par l’analyste pour la construc­tion de son diag­nos­tic au cours du pro­ces­sus d’analyse du défaut.

Consulter l’offre de post­doc­to­rat


Proposition sujet de thèse : Processus 4.0 pour l’analyse des défaillances en pro­duc­tion micro­élec­tro­nique

Contexte

Cette thèse se déve­loppe dans le cadre du pro­jet euro­péen FA4.0, en col­la­bo­ra­tion avec les équipes de STMicroelectronics sur Grenoble (Grenoble Reliability & Analysis Laboratory). Plus pré­ci­sé­ment, le pro­jet vise à déployer des solu­tions d’Intelligence Artificielle déve­lop­pée dans une pers­pec­tive ‘Industrie du Futur’ pour trans­for­mer et amé­lio­rer les pra­tiques indus­trielles au sein d’un ser­vice par­ti­cu­lier de l’entreprise : le labo­ra­toire d’analyse des défaillances. Ce labo­ra­toire est un maillon essen­tiel de la pro­duc­tion indus­trielle, en charge d’analyser et de diag­nos­ti­quer les pro­blèmes de qua­li­té et de défaillance qui appa­raissent dans les pro­ces­sus de pro­duc­tion de wafers micro‐​électroniques (fabri­ca­tion de micro‐​puces) et de pro­duits com­plexes.

L’analyse des défaillances tout au long de la chaîne de valeur à par­tir d’une puce, est une condi­tion préa­lable à l’amélioration de la fia­bi­li­té et de la qua­li­té et donc de la com­pé­ti­ti­vi­té des dis­po­si­tifs élec­tro­niques, en par­ti­cu­lier sur le mar­ché de l’automobile et de l’industrie pour les appli­ca­tions exi­geantes en matière de fia­bi­li­té et de sécu­ri­té. La forte pro­gres­sion de la numé­ri­sa­tion et de l’automatisation, offre un for­mi­dable poten­tiel pour mieux maî­tri­ser la fia­bi­li­té des pro­duits de haute tech­no­lo­gie qui sont basés sur des sys­tèmes élec­tro­niques de plus en plus com­plexes.

Les nou­veaux concepts comme la conduite auto­nome repré­sentent le défi tech­no­lo­gique le plus éle­vé pour les com­po­sants élec­tro­niques, qui mal­gré leur com­plexi­té extrême, doivent fonc­tion­ner quo­ti­dien­ne­ment de manière fiable et sécu­ri­sée. La garan­tie de fia­bi­li­té est donc extrê­me­ment cri­tique, au niveau des com­po­sants élec­tro­niques et du sys­tème. Les risques de fia­bi­li­té ne peuvent être maî­tri­sés que par une carac­té­ri­sa­tion et une ana­lyse effi­ciente des défaillances liées au pro­ces­sus et par un contrôle glo­bal des incer­ti­tudes le long de la chaîne cou­vrant la concep­tion, la fabri­ca­tion et la ges­tion de la qua­li­té des com­po­sants.

Grâce à l’apport du digi­tal, l’objectif du pro­jet est donc de trans­for­mer les pra­tiques actuelles du labo­ra­toire d’analyse de défaillance, en mobi­li­sant les tech­niques d’intelligence arti­fi­cielle du domaine du machine lear­ning. Ces tech­niques per­mettent d’enrichir la capa­ci­té expli­ca­tive des modèles sta­tis­tiques, par une capa­ci­té ren­for­cée à dis­cri­mi­ner les causes pos­sibles de non fia­bi­li­té et à prendre en compte leurs inter­ac­tions.

Profil du can­di­dat

Master fran­çais ou euro­péen de recherche ou bien Ingénieur (Généraliste ou Sciences des don­nées) avec pos­si­bi­li­té d’équivalence Master recherche (pre­mière expé­rience de pro­jet recherche). Nous recher­chons à cou­vrir une ou bien plu­sieurs des com­pé­tences sui­vantes :

  • Mathématiques appli­quées, orien­tée vers l’analyse des don­nées et l’aide à la déci­sion
  • Science des don­nées, Machine lear­ning, Process mining
  • Recherche opé­ra­tion­nelle, Aide à la déci­sion, Optimisation mul­ti­cri­tères.
  • Culture en génie indus­triel, Process indus­triel, Systèmes de pro­duc­tion

Bien sûr un inté­rêt ou des expé­riences com­plé­men­taires en lien avec l’industrie de la micro­élec­tro­nique seront éga­le­ment appré­ciées.

Consulter l’offre de thèse


Concours de Maître de confé­rences en Science des Données et Mathématiques Appliquées

Institut Henri FAYOL

Les acti­vi­tés de recherche du dépar­te­ment GMI (Génie Mathématique et Industriel)1 sont cen­trées sur le déve­lop­pe­ment de solu­tions mathé­ma­tiques pour l’aide à la déci­sion (pro­ba­bi­li­tés, sta­tis­tiques, opti­mi­sa­tion, méta‐​modélisation, méthodes numé­riques pour la réso­lu­tion de sys­tèmes, recherche opé­ra­tion­nelle). Le dépar­te­ment GMI est for­te­ment impli­qué dans la pla­te­forme Industrie du Futur, IT’mFactory2, du pro­gramme stra­té­gique de l’école Mines Saint‐​Etienne Tech, mais se posi­tionne éga­le­ment sur les thé­ma­tiques phare de l’IMT rele­vant de la Transition Numérique avec notam­ment le Data Analytics et l’IA3.

Profil du can­di­dat et cri­tères d’évaluation
La per­sonne recru­tée vien­dra ren­for­cer les com­pé­tences du dépar­te­ment GMI, sur le thème Science des don­nées et Mathématiques Appliquées. Le can­di­dat devra dis­po­ser d’une com­pé­tence avé­rée dans un ou plu­sieurs domaines sui­vants :

- L’apprentissage sta­tis­tique auto­ma­tique,
– Le trai­te­ment des don­nées volu­mi­neuses ou hété­ro­gènes,
– L’analyse des don­nées non fiables,
– Les modèles pro­ba­bi­listes pour les don­nées rares ou oné­reuses,
– La mai­trise sta­tis­tique des pro­cé­dés,
– L’optimisation sto­chas­tique ou la méta‐​modélisation,
– L’identification ou le contrôle opti­mal liés aux modèles directs ou inverses.
Une sen­si­bi­li­sa­tion aux spé­ci­fi­ci­tés liées aux don­nées fonc­tion­nelles, spatio‐​temporelles ou caté­go­rielles sera appré­ciée.

Consulter l’offre


Concours de pro­fes­seur 2ème classe en Science des Données et Mathématiques Appliquées

Institut Henri FAYOL

Les acti­vi­tés de recherche du dépar­te­ment GMI (Génie Mathématique et Industriel) sont cen­trées sur le déve­lop­pe­ment de solu­tions mathé­ma­tiques pour l’aide à la déci­sion (pro­ba­bi­li­tés, sta­tis­tiques, opti­mi­sa­tion, méta‐​modélisation, méthodes numé­riques pour la réso­lu­tion de sys­tèmes, recherche opé­ra­tion­nelle). Le dépar­te­ment GMI est notam­ment for­te­ment impli­qué dans la pla­te­forme IT’mFactory du pro­gramme stra­té­gique de l’école Mines Saint‐​Etienne Tech. Cette pla­te­forme contient l’en­semble des ser­vices (BE, Méthodes, IT, …) et ate­liers (fabri­ca­tion, Assemblage, Conditionnement, …) repré­sen­ta­tif d’une PME, et per­met de pré­sen­ter les mar­queurs forts de l’in­dus­trie du futur. L’ensemble des pro­cess décrits per­met notam­ment de géné­rer des don­nées temps réel qui peuvent être sto­ckées, fil­trées, ana­ly­sées pour les inté­grer dans des pro­ces­sus de déci­sion (KPI, machine lear­ning, IA, …).

Profil du can­di­dat
La per­sonne recru­tée vien­dra pilo­ter la thé­ma­tique Science des don­nées et Mathématiques Appliquées au sein du dépar­te­ment GMI. Le can­di­dat devra dis­po­ser d’une exper­tise recon­nue dans un ou plu­sieurs domaines sui­vants : – L’apprentissage sta­tis­tique auto­ma­tique, – Le trai­te­ment des don­nées volu­mi­neuses ou hété­ro­gènes, – L’analyse des don­nées non fiables, – Les modèles pro­ba­bi­listes pour les don­nées rares ou oné­reuses, – La mai­trise sta­tis­tique des pro­cé­dés, – L’optimisation sto­chas­tique ou la méta‐​modélisation, – L’identification ou le contrôle opti­mal liés aux modèles directs ou inverses.
Une bonne connais­sance des spé­ci­fi­ci­tés liées aux don­nées fonc­tion­nelles, spatio‐​temporelles ou caté­go­rielles sera appré­ciée. De même, la capa­ci­té à faire du lien avec les enseignants‐​chercheurs en Optimisation com­bi­na­toire ou en Recherche opé­ra­tion­nelle serait un plus.
Le can­di­dat devra être titu­laire d’une Habilitation à Diriger des Recherches dans l’un des domaines pré­ci­tés. La qua­li­fi­ca­tion aux fonc­tions de pro­fes­seur des uni­ver­si­tés n’est pas néces­saire mais une qua­li­fi­ca­tion par la sec­tion CNU 26, 27 ou 61 sera appré­ciée.
La per­sonne recru­tée sera ame­née à déve­lop­per un pro­gramme de recherche ori­gi­nal impli­quant les ensei­gnants cher­cheurs du dépar­te­ment.

La maî­trise de l’anglais est indis­pen­sable. Compte tenu des pro­jets de déve­lop­pe­ment inter­na­tio­nal de l’Ecole, une expé­rience inter­na­tio­nale signi­fi­ca­tive sera for­te­ment appré­ciée. A défaut, une mobi­li­té dans un éta­blis­se­ment étran­ger par­te­naire devra être envi­sa­gée dans les trois années sui­vant le recru­te­ment.

Consulter l’offre


Concours maître‐​assistant en Evaluation envi­ron­ne­men­tale

Institut Henri FAYOL
Laboratoire Environnement Ville et Société (CNRS UMR 5600)

Le poste sera rat­ta­ché au dépar­te­ment Génie de l’Environnement et des Organisations, membre du Laboratoire CNRS UMR 5600 Environnement Ville et Société (EVS).
L’ambition du dépar­te­ment est d’apporter des solu­tions nou­velles en matière de modé­li­sa­tion, d’évaluation, de simu­la­tion et d’analyse des pro­ces­sus indus­triels et des sys­tèmes ter­ri­to­riaux dans un double contexte d’industrie et de ville durables. L’originalité du dépar­te­ment réside dans la double com­pé­tence et la double vision entre Sciences de l’Environnement et Sciences du Génie Industriel. Les thèmes rele­vant plus par­ti­cu­liè­re­ment des Sciences de l’environnement et s’inscrivant majo­ri­tai­re­ment dans l’atelier 2 – Flux, Circulation, Matières, Energies, Déchets et Territoires de l’UMR 5600 (Environnement, Ville et Société) sont :
– « Evaluation des pres­sions et des impacts envi­ron­ne­men­taux »
– « Intégration de stra­té­gies d’écologie indus­trielle et ter­ri­to­riale rési­liente »
Les ver­rous scien­ti­fiques abor­dés sont la défi­ni­tion et la créa­tion d’indicateurs de pres­sion ou d’impact envi­ron­ne­men­taux lisibles et com­pré­hen­sibles, l’adaptation aux dif­fé­rentes échelles et objets et l’intégration de stra­té­gies d’écologie indus­trielle et ter­ri­to­riale rési­liente.
Pour ren­for­cer les com­pé­tences de ce dépar­te­ment, Mines Saint‐​Etienne recrute un Maître Assistant en Evaluation envi­ron­ne­men­tale.

Profil du can­di­dat et cri­tères d’évaluation

Le can­di­dat devra être titu­laire d’un doc­to­rat dans le domaine des Sciences et génie de l’environnement, dans une sec­tion cohé­rente avec le pro­fil décrit, 62ème sec­tion CNU en prio­ri­té, d’autres sec­tions telle que la 24ème sec­tion CNU peuvent aus­si être per­ti­nentes selon la nature des tra­vaux déjà réa­li­sés. Une qua­li­fi­ca­tion aux fonc­tions de Maître de Conférences en sec­tion 62 ou 24 n’est pas for­mel­le­ment requise. Elle consti­tue­ra cepen­dant un élé­ment d’appréciation posi­tive de la can­di­da­ture.
Les com­pé­tences requises pour le poste s’articulent autour :
– des méthodes d’évaluation envi­ron­ne­men­tale telle que l’ACV (outils OpenLCA, GaBi, etc )
– de l’écologie indus­trielle et ter­ri­to­riale (méta­bo­lisme ter­ri­to­rial, MFA, etc.)
Des com­pé­tences en ana­lyse et trai­te­ment de don­nées (ex : Analyse mul­ti­cri­tères, ana­lyse sta­tis­tique) dans un contexte d’aide à la déci­sion seraient un plus.
Une expé­rience signi­fi­ca­tive en ensei­gne­ment dans les domaines pré­ci­tés (moni­teur, vaca­taire et/​ou ATER) à un niveau de second ou troi­sième cycle sera appré­ciée.
La maî­trise de l’anglais est indis­pen­sable. Compte tenu des pro­jets de déve­lop­pe­ment inter­na­tio­nal de l’Ecole, une expé­rience inter­na­tio­nale signi­fi­ca­tive sera for­te­ment appré­ciée. A défaut, une mobi­li­té dans un éta­blis­se­ment étran­ger par­te­naire devra être envi­sa­gée dans les trois années sui­vant le recru­te­ment.
Compte tenu des orien­ta­tions men­tion­nées plus haut, plu­sieurs carac­tères seront des atouts impor­tants :
– L’attrait pour le tra­vail en équipe,
– L’intérêt pour les rela­tions indus­trielles, le trans­fert et l’innovation
– Un fort attrait pour l’interdisciplinarité
– Le bon sens pra­tique, l’ouverture et la curio­si­té intel­lec­tuelle
– La qua­li­té de la com­mu­ni­ca­tion orale et écrite

Consulter l’offre


Pré‐​annonce de l’ouverture de deux Concours de Professeur 2ème classe et de Maitre de confé­rences (MC)

Concours ouvert pour la ren­trée 2020 – can­di­da­ture prin­temps 2020 Modalités de can­di­da­ture seront pré­ci­sées lors de la paru­tion offi­cielle du poste et sur le site IMT.

Profils recher­chés

Les acti­vi­tés de recherche du dépar­te­ment GMI (Génie Mathématique et Industriel) sont cen­trées sur le déve­lop­pe­ment de solu­tions mathé­ma­tiques pour l’aide à la déci­sion (pro­ba­bi­li­tés, sta­tis­tiques, opti­mi­sa­tion, méta‐​modélisation, méthodes numé­riques pour la réso­lu­tion de sys­tèmes, recherche opé­ra­tion­nelle). Le dépar­te­ment GMI est for­te­ment impli­qué à la fois dans le pro­gramme stra­té­gique de l’école Mines Saint‐​Etienne Tech avec la pla­te­forme Industrie du Futur,  IT’mFactory, et sur les thé­ma­tiques phare de l’IMT rele­vant de la Transition Numérique avec notam­ment le Data Analytics et l’IA.

Les per­sonnes recru­tées vien­dront ren­for­cer les com­pé­tences du dépar­te­ment GMI, sur le thème Science des don­nées et Mathématiques Appliquées et devront dis­po­ser d’une com­pé­tence avé­rée dans un ou plu­sieurs domaines sui­vants :

  • L’apprentissage sta­tis­tique auto­ma­tique,
  • Le trai­te­ment des don­nées volu­mi­neuses ou hété­ro­gènes,
  •  L’analyse des don­nées non fiables,
  • Les modèles pro­ba­bi­listes pour les don­nées rares ou oné­reuses,
  • La mai­trise sta­tis­tique des pro­cé­dés,
  • L’optimisation sto­chas­tique ou la méta‐​modélisation,
  • L’identification ou le contrôle opti­mal liés aux modèles directs ou inverses.

Une sen­si­bi­li­sa­tion voire une  bonne connais­sance des spé­ci­fi­ci­tés liées aux don­nées fonc­tion­nelles, spatio‐​temporelles ou caté­go­rielles sera appré­ciée.

En savoir plus sur le concours de Maitre de confé­rences

En savoir plus sur le concours de Professeur 2ème classe


L’économie cir­cu­laire et les enjeux de la tran­si­tion indus­trielle et éco­lo­gique aux Entretiens Jacques Cartier

L’École de tech­no­lo­gie supé­rieure de Montréal, accom­pa­gnée de Mines Saint‐​Etienne, et de l’Emlyon busi­ness school, toutes deux membres de l’UMR5600EVS du CNRS, ont orga­ni­sé une jour­née dédiée aux apports de l’économie cir­cu­laire face aux enjeux de la tran­si­tion indus­trielle et éco­lo­gique, lors de la 32ème édi­tion des Entretiens Jacques Cartier.

Durant cet évé­ne­ment, les ate­liers, tables rondes et confé­rences plé­nières se sont suc­cé­dés pour offrir, à une cen­taine de par­ti­ci­pants, un large panel de ques­tion­ne­ments sur l’économie cir­cu­laire, allant des enjeux envi­ron­ne­men­taux, des nou­veaux modèles éco­no­miques, à sa mise en œuvre.

En pré­am­bule, un pre­mier cycle de confé­rences a pré­sen­té des enjeux théo­riques et pra­tiques de l’économie cir­cu­laire. Différents angles et cer­tains enjeux propres à l’économie cir­cu­laire, autant dans sa concep­tion que sa mise en œuvre, furent ain­si abor­dés. Pour enri­chir le pas­sage de la théo­rie à la pra­tique, plu­sieurs expé­riences por­tées en par­te­na­riat par des centres de recherche et des entre­prises ont été mises en lumière, lors un second ate­lier.

La jour­née a ain­si ten­té de mon­trer l’intérêt d’une approche sys­té­mique, plu­ri­dis­ci­pli­naire, multi‐​acteurs et mul­ti échelles pour faire avan­cer la dura­bi­li­té des sys­tèmes éco­no­miques et sociaux par des pra­tiques d’économie cir­cu­laire.

Lire la syn­thèse


Accueil en Visiting de la Pr. Elaine Mosconi de l’Université de Sherbrooke en octobre 2019

La Pr. Elaine Mosconi (Université de Sherbrooke) a été accueillie en Visiting au sein du dépar­te­ment MRI de l’Institut Fayol à l’initiative de Sandrine Berger‐​Douce pour un séjour d’un mois finan­cé par la Fondation de Mines St‐​Etienne.

A cette occa­sion, elle est inter­ve­nue dans des ensei­gne­ments auprès des étu­diants du Ms MTI et du défi LMRI (ICM 3A) sur le thème de la trans­for­ma­tion digi­tale dans les PME manu­fac­tu­rières dans le contexte de l’Industrie 4.0 au Québec.

Elle a éga­le­ment ani­mé plu­sieurs sémi­naires orien­tés recherche ou trans­fert vers les acteurs socio‐​économiques des milieux d’affaires.

  • Ainsi, l’axe 3 « Innovations durables : sociales, mana­gé­riales et entre­pre­neu­riales » du labo­ra­toire Coactis (EA 4161) a orga­ni­sé un sémi­naire externe à Mines St‐​Etienne le 11 octobre 2019. Ce sémi­naire de recherche a réuni une dizaine de par­ti­ci­pants de Coactis autour de la thé­ma­tique « Transformation numé­rique : Une approche basée sur la créa­tion de valeur » avec la pré­sence vir­tuelle du Pr. Luis Antonio de Santa‐​Eulalia, qui sera éga­le­ment pré­sent à St‐​Etienne au cours du mois de novembre 2019 à l’invitation de l’IAE de St‐​Etienne.
  • La Pr. Elaine Mosconi a ani­mé un autre sémi­naire au sein de l’Institut Fayol sur le thème de l’Industrie 4.0 au Québec le 17 octobre 2019. A cette occa­sion, elle a notam­ment pré­sen­té un micro­pro­gramme en Gestion et Intelligence manu­fac­tu­rière, poten­tiel­le­ment ins­pi­rant pour la pla­te­forme IT’M Factory.

Nouvelle paru­tion : Henri Fayol, les  mul­tiples facettes
d’un
mana­ger

Sous la direc­tion de : Marco Bertilorenzi, Nadine Dubruc, et Jean‐​Philippe Passaqui

Avec des contri­bu­tions de :

  • Nadine Dubruc.
    Le mana­ge­ment des hommes dans l’Administration indus­trielle et géné­rale
  • Christian Brodhag.
    Henri Fayol, 100 ans et pas une ride
  • Bernard Guy
    Henri Fayol et la géo­lo­gie

En savoir plus


Nouvelle paru­tion : L’imperfection des don­nées géo­gra­phiques 1
Bases
théo­riques

Sous la direc­tion de :

  • Mireille Batton‐​Hubert, Mines  Saint‐​Étienne
  • Éric Desjardin, Université de Reims Champagne‐​Ardenne
  • François Pinet, Irstea

L’ouvrage explore à la fois les aspects théo­riques pour une meilleure com­pré­hen­sion des phé­no­mènes et des repré­sen­ta­tions, et les aspects pratiques/​pragmatiques en pré­sen­tant des exemples et appli­ca­tions concrètes des outils.

En savoir plus


Apport de l’économie cir­cu­laire pour répondre aux enjeux de tran­si­tion indus­trielle et éco­lo­gique

Séminaire orga­ni­sé par ETS de Montréal, Mines Saint‐​Etienne (laforest@emse.fr)/​UMR5600EVS et EMLyon  dans le cadre des 32ème Entretiens jacques Cartier en novembre 2019 qui se tien­dront au Québec.

Les tran­si­tions indus­trielle et éner­gé­tique doivent s’accompagner de pro­grès et inno­va­tions tech­no­lo­giques, mana­gé­riaux et sociaux favo­ri­sant la pré­ser­va­tion de l’environnement et des dyna­miques éco­no­miques ter­ri­to­riales. Ces tran­si­tions s’inscrivent par ailleurs, dans des struc­tures orga­ni­sa­tion­nelles nou­velles impli­quant la col­la­bo­ra­tion d’acteurs ter­ri­to­riaux et indus­triels sur des aspects plu­ri­dis­ci­pli­naires requé­rant la prise en compte de la dyna­mique des rela­tions des modèles d’affaires avec les com­po­santes envi­ron­ne­men­tales. Les stra­té­gies d’économie cir­cu­laire se pré­sentent comme autant d’opportunités pour répondre aux enjeux envi­ron­ne­men­taux tout en ren­for­çant l’efficience des orga­ni­sa­tions indus­trielles et ter­ri­to­riales. La France et le Québec ont ins­crit ces enjeux dans leur poli­tique de déve­lop­pe­ment.

Dans ce contexte, le sémi­naire pro­pose, via des expé­riences de ter­rains et des témoi­gnages, de pré­sen­ter des appli­ca­tions concrètes et de mettre en exergue les freins et les leviers rela­tifs à ces tran­si­tions.

En outre, plu­sieurs ques­tions pour­ront être iden­ti­fiées et dis­cu­tées, telles que : Comment les poli­tiques et quels modèles d’affaires peuvent ren­for­cer les démarches d’économie cir­cu­laire ? Comment lever les freins à l’avancée de ces nou­velles stra­té­gies de déve­lop­pe­ment ter­ri­to­rial et indus­triel ?

L’approche de ce sémi­naire se veut plu­ri­dis­ci­pli­naire, multi‐​acteurs et multi‐​échelles en s’inscrivant dans une dyna­mique d’échanges et de par­tages pour envi­sa­ger des actions col­la­bo­ra­tives futures (ren­for­ce­ment des réseaux).

MERCREDI 6 NOVEMBRE 2019
École de tech­no­lo­gie supé­rieure, 1100, rue Notre‐​Dame Ouest, Montréal (Qc) H3C 1K3

Entrée gra­tuite, ins­crip­tion obli­ga­toire.

Pour en savoir plus

https://www.centrejacquescartier.com/les-entretiens/details/entretien/apport-de-leconomie-circulaire-pour-repondre-aux-enjeux-de-transition-industrielle-et-ecologiq/


Réussir la nou­velle révo­lu­tion indus­trielle est le défi d’avenir de nom­breuses ETI et PME fran­çaises dans le cadre de l’Alliance du futur lan­cé en avril 2015 par le Président de la République, Monsieur François Hollande.

Dans un contexte où les nou­velles tech­no­lo­gies, comme la fabri­ca­tion addi­tive ou l’internet indus­triel, bou­le­versent l’industrie en pro­fon­deur cette for­ma­tion a été conçue pour for­mer les ingé­nieurs capable d’entrainer le pro­ces­sus de tran­si­tion en accom­pa­gnant les entre­prises à pro­duire autre­ment, à gagner en réac­ti­vi­té et en com­pé­ti­ti­vi­té. De la concep­tion à la fin de vie en pas­sant par la pro­duc­tion et la logis­tique, sur l’ensemble de la chaine de valeur et en pre­nant en compte toutes les par­ties pre­nantes, les Managers de la Transition Industrielle sau­ront moder­ni­ser et trans­for­mer le modèle indus­triel et ain­si par­ti­ci­per à réaf­fir­mer la place de la France au meilleur rang mon­dial dans le sec­teur de l’industrie.

Pour en savoir plus

Télécharger la pla­quette


L’Institut Fayol était par­ti­cu­liè­re­ment heu­reux d’inviter les entre­prises, indus­triels et acteurs socio‐​économiques le 22 mai à une ren­contre dédiée à l’innovation et la tran­si­tion vers l’économie cir­cu­laire. Elle a connu un vif suc­cès avec plus de 80 par­ti­ci­pants.

Le sémi­naire DEFII, Défi‐​Entreprise‐​Fayol‐​Industrie‐​Innovation, avait cette année pour thème la « Transformation numé­rique et éco­no­mie cir­cu­laire : des leviers com­plé­men­taires pour inno­ver » : témoi­gnages, table‐​ronde et ate­liers thé­ma­tiques ont ryth­mé l’événement.

La ren­contre s’est ouverte sur une pré­sen­ta­tion des com­pé­tences déve­lop­pées au sein de Mines Saint‐​Étienne sui­vie des témoi­gnages d’entreprises sur leur expé­rience en matière de tran­si­tion numé­rique et de tran­si­tion par l’économie cir­cu­laire.

Plus de 80 par­ti­ci­pants ont pu échan­ger et débattre notam­ment lors de deux ate­liers consa­crés à l’intelligence arti­fi­cielle et la tran­si­tion vers l’économie cir­cu­laire. L’École a accueilli une majo­ri­té de TPE/​PME du ter­ri­toire ligé­rien et de la région Auvergne Rhône‐​Alpes et plu­sieurs orga­nismes tels que PRIMETALS, Entreprises pour l’Environnement, SOLYSTIC, MACEO, Fab‐​Lab du Pays d’Aix, Pôle Eco‐​conception, UIMM‐​Loire, CIRIDD, Agence AURA entre­prise.

Ces échanges fruc­tueux se sont pour­sui­vis lors d’une table ronde basée sur la jonc­tion des points de vue sur la tran­si­tion numé­rique et la tran­si­tion vers l’économie cir­cu­laire : com­plé­men­ta­ri­tés, conver­gences ou diver­gences, condi­tions de réus­sites.

Retrouvez les pré­sen­ta­tions de la Journée DEFII 2019


L’Institut Fayol, Mines Saint‐​Étienne est par­te­naire de la chaire ValaDoE dédiée aux réseaux d’énergie du futur

Portée par IMT Atlantique, la chaire indus­trielle ValaDoE, « VALeur Ajoutée DOnnées et Energie », est menée en par­te­na­riat avec la Région Pays de la Loire, Nantes Métropole, Enedis, Mines Saint‐​Étienne et Télécom Paris Tech. Au cœur de la tran­si­tion éner­gé­tique et numé­rique, ses tra­vaux sont liés à la mise en place des nou­veaux réseaux en col­la­bo­ra­tion avec les entre­prises et les col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales…

Lire la suite


12 jour­née DEFII 2019 : Transformation Numérique et Économie Circulaire : des leviers com­plé­men­taires pour inno­ver

Pour la deuxième année consé­cu­tive, l’Institut Henri Fayol – Mines Saint Etienne et ses par­te­naires sont par­ti­cu­liè­re­ment heu­reux d’inviter les entre­prises, indus­triels et acteurs socio‐​économiques à par­ti­ci­per, le 22 mai 2019, à son après‐​midi consa­cré à l’in­no­va­tion et aux entre­prises (ate­lier DEFII : Défi‐​Entreprise‐​Fayol‐​Industrie‐​Innovation 2019), pour par­ti­ci­per à des retours d’expériences, débats et expres­sion de vos besoins sur la thé­ma­tique « Transformation Numérique et Économie Circulaire : des leviers com­plé­men­taires pour inno­ver ».

Les échanges de cet après‐​midi auront comme leit­mo­tiv, « Comment trans­for­mer vos busi­ness models par la tran­si­tion numé­rique et par l’é­co­no­mie cir­cu­laire : les entre­prises témoignent ! ». En outre, 6 stands de veille, de net­wor­king et d’ou­ver­ture à la col­la­bo­ra­tion vous serons pro­po­sés par Mines Saint Étienne.

Le nombre de places est limi­té. L’inscription est gra­tuite et obli­ga­toire

Pour en savoir plus et ins­crip­tions


Retrouvez main­te­nant nos actua­li­tés sur le Portail de blogs de l’Institut Mines Télécom

https://fayol.wp.imt.fr/actualites/


Poste de maître – assis­tant asso­cié (CDD 12 mois) sys­tèmes logis­tiques durables

La per­sonne recru­tée par­ti­ci­pe­ra aux acti­vi­tés de recherche et d’enseignement du dépar­te­ment « Génie de l’environnement et des orga­ni­sa­tions » de l’institut Henri Fayol et des thé­ma­tiques de recherche pluri‐​département sur la concep­tion, pla­ni­fi­ca­tion et éva­lua­tion de sys­tèmes logis­tiques durables. La per­sonne recru­tée devra être capable d’innovations métho­do­lo­giques tout en s’appuyant sur des appli­ca­tions pra­tiques.


Offre d’emploi d’in­gé­nieur en éva­lua­tion envi­ron­ne­men­tale

Le labEx IMU recrute un·e ingénieur·e, pour un CDD de 12 mois, à par­tir de sep­tembre 2019, qui tra­vaille­ra au sein de la com­po­sante Mines Saint‐​Etienne de l’UMR 5600 EVS.

La mis­sion prin­ci­pale de l’ingénieur sera de déve­lop­per un modèle d’évaluation envi­ron­ne­men­tale des dif­fé­rentes filières de trai­te­ment des déchets ména­gers mises en place par le Grand Lyon, incluant la mobi­li­té des ménages et les flux des entre­prises et col­lec­ti­vi­tés asso­ciés à la ges­tion des déchets. L’approche choi­sie est l’analyse en cycle de vie sim­pli­fiée.

Consulter l’offre.

Les can­di­da­tures doivent par­ve­nir par e‑mail avant le 30/​04/​2019 minuit.


GdR MASCOT‐​NUM

Le dépar­te­ment Génie mathé­ma­tique et indus­triel de École des Mines de Saint‐​Étienne à l’hon­neur lors de la confé­rence annuelle du GdR MASCOT‐​NUM (http://www.mascotnum2019.com/), Méthodes d’Analyse Stochastique pour les COdes et trai­te­ments NUMériques : deux doc­to­rants de 3e année sous la direc­tion de Rodolphe Le Riche, ont reçu le 1er prix ex‐​æquo de la meilleure pré­sen­ta­tion orale.
Toutes nos féli­ci­ta­tions à David Gaudrie, en thèse CIFRE Groupe PSA et Adrien Spagnol, en CIFRE Safran.
Le prix a été remis par Miguel Munoz Zuniga, pour le comi­té d’or­ga­ni­sa­tion @IFPENinnovation


Olivier Boissier, enseignant‐​chercheur à l’Institut Fayol, École des Mines de Saint‐​Étienne ani­me­ra la Session « Robotique, Perception, Interaction » de ce 10e col­loque orga­ni­sé par l’ IMT.

Inscrivez‐​vous dès main­te­nant au pro­chain #colloqueIMT « L’#IA au cœur des muta­tions indus­trielles » qui se tien­dra le 4 avril.https://www.imt.fr/10e-colloque-imt/

Publiée par IMT sur Mardi 19 février 2019

Inscrivez‐​vous dès main­te­nant au pro­chain col­loque IMT  « L’IA au cœur des muta­tions indus­trielles » qui se tien­dra le 4 avril.
https://www.imt.fr/10e-colloque-imt/


Ouverture d’un concours de Maitre ‑assis­tant (équi­valent d’un maitre de confé­rence en Université) en Mathématiques Appliquées pour la Science des Données 2019 MINES saint‐​Etienne

L’École Nationale Supérieure des Mines de Saint‐​Étienne (MSE), École de l’Institut Mines Télécom, sous tutelle du Ministère de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique est char­gée de mis­sions de for­ma­tion, de recherche et d’innovation, de trans­fert vers l’industrie et de culture scien­ti­fique,  tech­nique et indus­trielle.

L’institut Henri Fayol est un centre de for­ma­tion et de recherche qui regroupe les enseignants‐​chercheurs de Mines Saint‐​Étienne en mathé­ma­tiques appli­quées, infor­ma­tique, génie indus­triel, envi­ron­ne­ment et mana­ge­ment autour du thème de la per­for­mance glo­bale des entre­prises. Il est orga­ni­sé en quatre dépar­te­ments dont l’un est dédié au Génie mathé­ma­tique et (Génie) indus­triel (GMI). Les enseignants‐​chercheurs de GMI sont membres du Laboratoire d’Informatique, de Modélisation et d’Optimisation des Systèmes (LIMOS, UMR 6158 CNRS/​MSE/​Univ Clermont Auvergne) qui regroupe 188 per­sonnes (dont 90 per­ma­nents) et dont Mines Saint‐ Étienne est l’une des tutelles.

Les acti­vi­tés de recherche du dépar­te­ment GMI (Génie Mathématique et Industriel) sont cen­trées sur le déve­lop­pe­ment de solu­tions mathé­ma­tiques pour l’aide à la déci­sion (pro­ba­bi­li­tés, sta­tis­tiques, opti­mi­sa­tion, méta modé­li­sa­tion, méthodes numé­riques pour la réso­lu­tion de sys­tèmes, recherche opé­ra­tion­nelle).

Pour ren­for­cer les com­pé­tences du dépar­te­ment GMI, Mines Saint‐​Etienne recrute un maître‐​assistant en Mathématiques Appliquées pour la Science des Données ( pro­fils sec­tions 26 – 61), en lien avec l’identification et la concep­tion opti­male de sys­tèmes indus­triels.

Télécharger l’offre

Plusieurs infor­ma­tions :

- La date limite de can­di­da­ture est fixée au 30 avril 2019
– Seules les can­di­da­tures par envoi pos­tal seront rece­vables (cachet de la poste fait foi)
– Les can­di­dats doivent être res­sor­tis­sants d’un pays de l’u­nion euro­péenne au jour du dépôt de leur can­di­da­ture

Pour en savoir plus
Pour tous ren­sei­gne­ments sur le poste, s’adresser à :
•    Directeur de l’institut Henri Fayol : Bruno LEGER
Tel + 33 (0)4 77 49 97 37
Mel : bruno.leger@emse.fr

•    Responsable de dépar­te­ment : Pr. Mireille BATTON‐​HUBERT
Tel +33 (0)4 77 42 00 93
Mel : Mireille.BATTON-HUBERT@emse.fr

Pour tous ren­sei­gne­ments admi­nis­tra­tifs, s’adresser à :
Élodie EXBRAYAT
Tel + 33 (0)4 77 42 00 81
Mel : elodie.exbrayat@emse.fr


IMOPE participera au Forum des interconnectésIMOPE par­ti­ci­pe­ra au Forum des inter­con­nec­tés
Spin‐​off de Mines Saint‐​Étienne avec son outil de web map­ping, la start‐​up fait par­tie des neuf star­tups sélec­tion­nées au niveau natio­nal pour par­ti­ci­per à ce forum qui réuni­ra 900 par­ti­ci­pants les 4 et 5 décembre à Lyon (Pôle Pixel). Jonathan Villot et Maximilien Brossard, por­teurs de ce pro­jet, ont pit­ché avec suc­cès lors des Auditions Auvergne Rhône‐​Alpes – Label des ter­ri­toires inno­vants et concours start‐​up.


“Les défis majeurs de la digi­ta­li­sa­tion”

Dans le cadre de l’Académie franco‐​allemande sur l’industrie du futur, des équipes de recherche en mana­ge­ment de l’IMT, en par­te­na­riat avec la TUM réa­lisent un pro­jet explo­ra­toire sur l’impact de la numé­ri­sa­tion sur l’industrie, bap­ti­sé « Industry without Borders ». Il construit les fon­da­tions d’un pro­jet qui sera dépo­sé en 2019 dans le cadre de l’appel conjoint 2019 ANR‐​DFG (Fondation alle­mande pour la recherche).

Lire l’ar­ticle de La lettre PANORAMINES – 25 octobre 2018


1er Test “gran­deur nature”  de CIT’IN CRISE : simu­la­tion du fonc­tion­ne­ment d’une « cel­lule de crise » com­mu­nale face aux inon­da­tions

Lors de la fête de la science à Fourques (Gard), les 13 et 14 octobre CIT’IN CRISE a pas­sé son pre­mier test “gran­deur nature”  lors de 5 ses­sions de jeu dans le cadre d’une ani­ma­tion pro­po­sée par les écoles des Mines d’Alès/St Etienne et les Petits Débrouillards.

Le temps d’une crise, les « joueur », endossent le rôle d’acteurs prin­ci­paux impli­qués dans la ges­tion com­mu­nale de crise inon­da­tion (maire, agents des ser­vices tech­niques, pré­fet…).

Cette simu­la­tion est un pro­duit du pro­jet « PRECISION » qui pro­pose d’amener le citoyen à décou­vrir, et jouer le temps d’une ges­tion de « crise inon­da­tion », afin qu’il trouve une place pré­pon­dé­rante, c’est-à-dire, comme « actant sen­si­bi­li­sé », infor­mé et for­mé, fai­sant face à la catas­trophe.

La ver­sion finale du jeu CIT’IN CRISE pour­rait être pro­po­sée d’ici l’été 2019 à tous les ter­ri­toires qui sont sujet aux inon­da­tions.

Reportage France 3 JT Local 19–20 – Gardois du 15/​10/​2018. (de 2’25’’ à 4’35’’)

Pour en savoir plus contac­tez l’équipe de pro­jet PRECISION à Mines Saint Etienne : PIATYSZEK Eric , TARDY Alicja


Campus numé­rique « hors les murs »

Le 24 sep­tembre 2018, L’institut Fayol et sa nou­velle pla­te­forme tech­no­lo­gique IT’M Factory, a accueilli, dans ses locaux, Juliette Jarry, vice‐​présidente de la Région Auvergne Rhône‐​Alpes délé­guée au numé­rique, Samy Kefi Jérôme, conseiller régio­nal délé­gué au numé­rique en charge de l’e‑administration et adjoint au maire de Saint‐​Etienne et Nicole Peycelon, conseillère régio­nale de la Loire, 1ère vice‐​présidente de la com­mis­sion Formation conti­nue et appren­tis­sage, afin de pro­cé­der à la signa­ture offi­cielle de la Charte de label­li­sa­tion Campus Région du Numérique.
Le Label « Campus Région hors‐​les‐​murs » et sa « Charte », conclue entre la Région et l’organisme label­li­sé, offrent une recon­nais­sance des ini­tia­tives cor­res­pon­dant aux objec­tifs pour­sui­vis par le Campus Région.

Reportage de TL7, le 24 septembre

22 nou­velles for­ma­tions « hors‐​les‐​murs » ont reçu la label­li­sa­tion « Campus Région » : des ini­tia­tives inno­vantes, en lien avec les entre­prises et les besoins éco­no­miques du ter­ri­toire, pour accé­lé­rer l’accès aux métiers du numé­rique et faci­li­ter la trans­for­ma­tion de l’économie en Auvergne‐​Rhône‐​Alpes.


CIT’IN CRISE simu­la­tion du fonc­tion­ne­ment d’une « cel­lule de crise » com­mu­nale face aux inon­da­tions

Le jeu­di 6 sep­tembre l’Ecole Nationales Supérieure des Mines de Saint‐​Etienne a expé­ri­men­té le simu­la­teur de ges­tion de crise inon­da­tion CIT’IN CRISE. Un pre­mier test avait eu lieu le 9 juillet à l’Ecole des Mines d’Alès.

CIT’IN CRISE a pour objec­tif de four­nir aux citoyens une (pre­mière) « expé­rience » de ges­tion de crise inon­da­tion sur le ter­ri­toire com­mu­nal par le biais d’une simu­la­tion en temps réel.

Le temps d’une crise, les « joueur », endossent le rôle d’acteurs prin­ci­paux impli­qués dans la ges­tion com­mu­nale de crise inon­da­tion (maire, agents des ser­vices tech­niques, pré­fet…).

Cette simu­la­tion est un pro­duit du pro­jet « PRECISION » qui pro­pose d’amener le citoyen à décou­vrir, et jouer le temps d’une ges­tion de « crise inon­da­tion », afin qu’il trouve une place pré­pon­dé­rante, c’est-à-dire, comme « actant sen­si­bi­li­sé », infor­mé et for­mé, fai­sant face à la catas­trophe.

CIT’IN CRISE est éga­le­ment déployé lors de jour­nées d’animation, où simu­la­tion de crise (action phare de ces jour­nées) est enri­chie par des ren­contres publiques, des repor­tages vidéos/​audios de vul­ga­ri­sa­tion scien­ti­fique.

Le pro­jet PRECISION réunit des par­te­naires rele­vant de la recherche, de struc­ture de pro­duc­tion et de culture scien­ti­fique, d’associations d’éducation à l’environnement et au déve­lop­pe­ment durable et des col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales afin de favo­ri­ser une démarche com­plète par­tant de la connais­sance scien­ti­fique, jusqu’à la créa­tion d’un outil et d’actions concrètes sur le ter­rain et leur dif­fu­sion au plus grand nombre.

CIT’IN CRISE est le fruit du par­te­na­riat entre l’Ecole Nationales Supérieure des Mines de Saint‐​Etienne, et l’IMT Mines Alès.

CIT’IN CRISE sera tes­té « gran­deur nature » lors de la fête de la science à Fourques (Gard), les 13 et 14 octobre lors de 5 ses­sions de jeu (à par­tir du same­di 10H00) dans le cadre d’une ani­ma­tion pro­po­sée par les écoles des Mines d’Alès/St Etienne et les Petits Débrouillards.

Pour en savoir plus contac­tez l’é­quipe de pro­jet PRECISION à Mines Saint Etienne : PIATYSZEK Eric , TARDY Alicja


Soutenance de thèse : Jean‐​Charles Croix

sou­te­nance de thèse, pré­vue le Mardi 9 Octobre pro­chain, a 14h en Amphi A022 (Espace Fauriel)

Titre : A new decom­po­si­tion of Gaussian ran­dom ele­ments in Banach spaces with appli­ca­tion to Bayesian inver­sion

Le jury sera com­po­sé des per­sonnes sui­vantes :

- Josselin Garnier, Professeur a l’Ecole Polytechnique (Rapporteur),
- Antoine Ayache, Professeur a l’Université Lille 1 (Rapporteur),
- Anthony Nouy, Professeur a Centrale Nantes (Jury),
- Mikhail Lifshits, Professeur à l’Université de Saint‐​Petersbourg (Jury),
- Mireille Batton‐​Hubert, Professeur aux Mines Saint‐​Etienne (Directrice de thèse),
- Xavier Bay, Maître Assistant aux Mines Saint‐​Etienne (co‐​encadrant),
- Eric Touboul, Ingénieur de recherche aux Mines Saint‐​Etienne (co‐​encadrant),

Pour en savoir plus


Retour sur la jour­née DEFII Fayol 2018 « La tran­si­tion numé­rique pour les entre­prises et le ter­ri­toire »

L’Institut Henri Fayol était par­ti­cu­liè­re­ment heu­reux d’inviter les entre­prises, indus­triels et acteurs socio‐​économiques à par­ti­ci­per, le 28 mai 2018, à une après‐​midi consa­crée à l’innovation et aux entre­prises (ate­lier DEFII Défi‐Entreprise‐Fayol‐Industrie‐Inno­va­tion), pour échan­ger autour de retours d’expériences,  sur la thé­ma­tique « Le numé­rique, défis et oppor­tu­ni­tés pour les entre­prises et les ter­ri­toires ».

Retrouvez les ren­dus de la jour­née DEFII 2018


Soutenance de thèse : Jalila Elbousserghini

L’intégration de la Responsablité Sociale de l’Entreprise dans la vision stra­té­gique des diri­geants de PME. Cas des PME maro­caines label­li­sées RSE. Thèse réa­li­sée sous la direc­tion de Sandrine Berger‐​Douce (Institut Fayol) et Youssef Jamal (Université Hassan II de Casablanca) dans le cadre d’une cotu­telle inter­na­tio­nale.
La sou­te­nance se tien­dra le mar­di 26 juin 2018 à 16h à l’Université Hassan II de Casablanca (Maroc).

Le jury sera com­po­sé de :
– M. Mohamed Benhrimida, Professeur, Université Hassan II de Casablanca, Examinateur
– Mme Sandrine Berger‐​Douce, Professeure HDR, Mines Saint‐​Etienne, Directrice de thèse
– M. Jean‐​Marie Courrent, Professeur HDR, Université deMontpellier, Rapporteur
– M. Jean‐​Michel Degeorge, Maître‐​assistant HDR, Mines Saint‐​Etienne, Examinateur
– M. Youssef Jamal, Professeur, Université Hassan II de Casablanca, Co‐​directeur de thèse
– M. Tarik Kasbaoui, Professeur, Faculté plu­ri­dis­ci­pli­naire de Eljadida, Rapporteur
– Mme Emilie Lanciano, Maître de confé­rences HDR, Université Jean Monnet, Examinatrice
– Mme Samira Oukarfi, Professeure, Université Hassan II de Casablanca, Examinatrice.

Pour en savoir plus


Inauguration de la pla­te­forme tech­no­lo­gique IT’M Factory

La nou­velle pla­te­forme tech­no­lo­gique IT’M Factory a été inau­gu­rée le 14 juin sur le site Fauriel École des Mines de Saint‐​Étienne, en pré­sence de nom­breux invi­tés, ins­ti­tu­tion­nels, entre­prises et par­te­naires du pro­jet. qui ont décou­vert les dif­fé­rents scé­na­rii pré­pa­rés par les équipes de l’Institut Henri Fayol. Pascal Ray, direc­teur Mines Saint‐​Étienne et Vincent Nourrisson, pré­sident de l’UIMM Loire ont ouvert la céré­mo­nie, com­men­tée par Frédéric Grimaud, pilote de la mise en œuvre opé­ra­tion­nelle de ce beau pro­jet de #MinesSaintEtienneTech qui a per­mis la réus­site de cette jour­née.


Prix Chercheur 2018

Félicitations à Sophie Peillon (Management res­pon­sable et inno­va­tion) lau­réate du Prix Chercheur 2018 du Réseau de Recherche sur l’Innovation lors du Forum Innovation (RNI Congress – Innovation Forum VIII) les 4 et 5 juin pour sa contri­bu­tion « Product ser­vice Systems : exploi­ta­tion or explo­ra­tion stra­te­gies ? »

Résumé : Cet article traite de la ques­tion des logiques d’innovation sous‐​jacentes au déve­lop­pe­ment de sys­tèmes produit‐​service (SPS) par les entre­prises indus­trielles : la ser­vi­ci­sa­tion résulte‐​t‐​elle d’une stra­té­gie d’exploitation, d’une stra­té­gie d’exploration ou d’une forme d’ambidextrie orga­ni­sa­tion­nelle ? Nous fai­sons l’hypothèse que la logique d’innovation dépend for­te­ment du type de SPS et de stra­té­gie de ser­vi­ci­sa­tion menée par l’entreprise. En par­ti­cu­lier, plus le chan­ge­ment de busi­ness model sous‐​tendu par la ser­vi­ci­sa­tion est impor­tant, et plus il repose sur une stra­té­gie d’exploration. La contri­bu­tion théo­rique de cette recherche nous parait double : d’une part, elle per­met de mon­trer l’intérêt des notions d’exploitation et d’exploration dans le cadre des tra­vaux sur la ser­vi­ci­sa­tion des entre­prises indus­trielles. D’autre part, elle pro­pose, et valide en par­tie, l’hypothèse selon laquelle le déve­lop­pe­ment de SPS orien­tés pro­duits, usage ou résul­tat repose sur des logiques dif­fé­ren­ciées en termes d’exploitation et d’exploration.

Le Réseau de Recherche sur l’Innovation a été créé en 2006 à l’initiative de cher­cheurs en éco­no­mie et ges­tion de l’innovation de plu­sieurs uni­tés de recherche en France et dans le monde.

Plus de 600 cher­cheurs et pra­ti­ciens, 48 ins­ti­tu­tions de recherche, 26 pays repré­sen­tés, 10 col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­riales, 24 entre­prises.


SAVE THE DATE ! 28–29 mai 2018

« La tran­si­tion numé­rique pour les entre­prises et le ter­ri­toire »

Madame, Monsieur,

L’Institut Henri Fayol est par­ti­cu­liè­re­ment heu­reux d’inviter les entre­prises, indus­triels et acteurs socio‐​économiques à par­ti­ci­per, le 28 mai 2018, à une après‐​midi consa­crée à l’in­no­va­tion et aux entre­prises (ate­lier DEFII Défi‐Entreprise‐Fayol‐Industrie‐Inno­va­tion), pour par­ti­ci­per à des retours d’expériences, débats et expres­sion de vos besoins sur la thé­ma­tique « Le numé­rique, défis et oppor­tu­ni­tés pour les entre­prises et les ter­ri­toires ».

Le 29 mai 2018 sera consa­cré à la Restitution du pro­jet « Enjeux de la tran­si­tion numé­rique pour les PME du ter­ri­toire », qui vise à cer­ner les enjeux de la tran­si­tion numé­rique dans les PME‐​PMI du ter­ri­toire Loire Haute‐​Loire et à pro­po­ser un accom­pa­gne­ment prag­ma­tique consti­tué d’un diag­nos­tic et de pistes d’actions.

Vous trou­ve­rez les le détail des jour­nées dans le Flyer SAVEDate_​journeeDEFFI_​FAYOL_​Mines Saint Etienne-28–29-mai-2018


Offre de Post‐​doc en Science de la Donnée et Ontologies pour les don­nées éner­gé­tiques sta­tis­tiques (F/​H)

CONTEXTE
La Chaire VALADoE (2018−2022) est un pro­jet inno­vant impli­quant IMT Atlantique, Mines Saint‐​Étienne, Télécom ParisTech. Elle vise à cap­ter et à décli­ner toutes les formes de valeur ajou­tée digi­tale autour de la ges­tion des don­nées de l’énergie (ther­mique, élec­trique, poten­tiel­le­ment cou­plées), au ser­vice des sites indus­triels et des ter­ri­toires. Cette struc­ture a pour objec­tif de faire conver­ger les connais­sances issues du monde aca­dé­mique et le savoir‐​faire d’industriels du monde l’énergie.
Ce pro­jet inno­vant de recherche devrait démar­rer fin 2018 pour une durée de 4 ans, et per­mettre d’accompagner les acteurs (indus­tries, PME et col­lec­ti­vi­tés) vers une trans­for­ma­tion ‘smart’ des réseaux éner­gé­tiques et d’une évo­lu­tion du mar­ché des ser­vices éner­gé­tiques dans un contexte de trans­for­ma­tion numé­rique et de réin­dus­tria­li­sa­tion des ter­ri­toires.
L’institut Henri Fayol de Mines Saint‐​Étienne est un centre de recherche qui asso­cie un panel de com­pé­tences com­plé­men­taires autour des Mathématiques pour l’aide à la déci­sion, de l’Informatique et des Systèmes Intelligents, des Performances des sys­tèmes de pro­duc­tion et des ter­ri­toires et du génie indus­triel. Ce der­nier appor­te­ra son savoir‐​faire sur la concep­tion et la modé­li­sa­tion des sys­tèmes éner­gé­tiques en réseaux, les nou­veaux para­digmes des TIC, la mesure, la ges­tion de l’information, le contrôle et l’automatisation, ain­si que les approches socio‐​technologiques des dif­fé­rentes solu­tions tech­no­lo­giques du monde de l’énergie.
La per­sonne sera recru­tée sur un poste de Maître Assistant Associé, qui pour­ra être trans­for­mé en post‐​doctorat dans le cadre du pro­jet VALADoE.

ACTIVITES
La per­sonne recru­tée tra­vaille­ra avec les cher­cheurs de l’équipe Mathématiques Appliquées (GMI) et l’équipe Informatique et Systèmes Intelligents (ISI). Selon son pro­fil, il par­ti­ci­pe­ra soit : A/​ à l’identification et pro­po­si­tions de méthodes mathé­ma­tiques pour repré­sen­ter, carac­té­ri­ser, et qua­li­fier la don­née, à l’aide de méthodes issues de l’analyse de don­nées, du trai­te­ment du signal, des séries chro­no­lo­giques… soit B/​ à l’identification et pro­po­si­tions de modèles et tech­no­lo­gies de repré­sen­ta­tion des connais­sances pour les domaines men­tion­nés ci‐​dessus.
L’objectif in fine est d’identifier le haut poten­tiel d’information que consti­tue la source de don­nées liée au déploie­ment mas­sif de cap­teurs, et ain­si valo­ri­ser la don­née pour mieux déci­der, opti­mi­ser et simu­ler la ges­tion de la res­source éner­gé­tique.

Consulter l’offre


Responsabilité socié­tale des entre­prises : quelles méthodes de comp­ta­bi­li­té pour prendre en compte le déve­lop­pe­ment durable ?

Présentation de la méthode CARE puis échanges avec Jacques Richard*, pro­fes­seur émé­rite à l’Université Paris Dauphine

Compte‐​rendu du sémi­naire de l’atelier 2 de l’UMR 5600 Environnement Ville Société /​ Institut Fayol de Mines Saint‐​Etienne

1er décembre 2017, Mines Saint‐​Etienne

Jacques Richard est pro­fes­seur de ges­tion à l’université Paris‐​Dauphine, Expert‐​Comptable et Commissaire aux comptes asso­cié au Groupe Alpha spé­cia­li­sé dans l’aide aux comi­tés d’entreprise, il est membre du Conseil National de la Comptabilité et du Comité de la Réglementation Comptable. Auteur ou coau­teur de plus d’une tren­taine d’ouvrages, il a publié des livres en Anglais, Allemand,Russe, Japonais, Suisse, Français ; il est notam­ment l’auteur de Comptabilité Générale (Dunod) qui en est à sa 8ème édi­tion et coau­teur de The International Encyclopaedia of Management (Routledge) ain­si que de Comptabilité et déve­lop­pe­ment durable (Economica).

Depuis une quin­zaine d’an­née, Jacques Richard s’in­té­resse au lien entre comp­ta­bi­li­té et déve­lop­pe­ment durable : la ges­tion quo­ti­dienne d’une entre­prise est basée sur la comp­ta­bi­li­té. Comment une entre­prise pourrait‐​elle réel­le­ment prendre en compte les capi­taux natu­rel et social si elle n’ef­fec­tue pas de bilan comp­table sur ces sujets ? Par exemple, les normes comp­tables obligent l’en­tre­prise à inté­grer dans son bilan annuel l’a­mor­tis­se­ment de ses machines. L’obligeant ain­si à prendre en compte dans son bilan annuel le fait que son acti­vi­té dégrade les machines. Mais qu’en est‐​il de la prise en compte de la dégra­da­tion du capi­tal natu­rel et humain ? Rien n’est pré­vu à ce sujet dans les normes comp­tables inter­na­tio­nales (les IFRS).

La méthode CARE a pour objec­tif d’éviter le cli­vage entre la ges­tion finan­cière et la ges­tion envi­ron­ne­men­tale et sociale. Elle prend pour base la comp­ta­bi­li­té en coûts his­to­riques et vise à esti­mer les coûts de main­tien et de res­tau­ra­tion des fonc­tions envi­ron­ne­men­tales sous la contrainte que les trois capi­taux – finan­cier, natu­rel et humain, – soient conser­vés sépa­ré­ment et non glo­ba­le­ment. Ce modèle est basé sur l’idée que l’organisation est tenue de « répa­rer » la dégra­da­tion des capi­taux (finan­cier, humain et natu­rel) dont elle est res­pon­sable (Rambaud et Richard, 2015).

L’exposé de Jacques Richard rap­pelle que des ques­tions éthiques se cachent der­rière les choix de métho­do­lo­gie comp­table. Il plaide pour la prise en compte, par la comp­ta­bi­li­té, des pro­blé­ma­tiques envi­ron­ne­men­tales et sociales, mais encou­rage éga­le­ment les cher­cheurs en sciences pour l’environnement à s’intéresser d’avantage aux métho­do­lo­gies comp­tables afin de réel­le­ment inté­grer les ques­tions envi­ron­ne­men­tales dans les outils qui guident réel­le­ment les choix des déci­deurs.

Richard J Comptabilité et déve­lop­pe­ment durable Ed Economica (2012)

Richard J et Plot E (2014) La ges­tion envi­ron­ne­men­tale . Ed La Découverte

Richard J « The dan­ge­rous dyna­mics of capi­ta­lism : from sta­tic towards futu­ris­tic IFRS accoun­ting » (2015b Critical Perspectives on accoun­ting (CPA),30,9–34

Rambaud A et Richard J (2015) « The triple depre­cia­tion line ins­tead of the triple bot­tom line : toward a genuine inte­gra­ted repor­ting » CPA, Dec.

Rambaud A La valeur d’existence en Comptabilité Thèse Université Paris Dauphine (2015).

Richard J « Refonder l’entreprise » in Vol 19 du Centre Français de Droit Comparé (2015a,175–216)

Description de la méthode CARE
Support de pré­sen­ta­tion : Comptabilité et coges­tion envi­ron­ne­men­tale (le modèle CARE)


Proposition de thèse

Prise en compte de l’incertitude multi échelle pour l’aide à la décision

Dépôt des can­di­da­tures par email à  exbrayat@emse.fr  avant le 10 mai 2017

Contexte scien­ti­fique et objec­tifs
Les sciences envi­ron­ne­men­tales et notam­ment l’évaluation des risques natu­rels uti­lisent lar­ge­ment la modé­li­sa­tion numé­rique pour des phé­no­mènes phy­siques comme les écou­le­ments gra­vi­taires (tor­rent ou ava­lanches). L’utilisation inten­sive de ces modèles à base de réso­lu­tion numé­rique de sys­tèmes d’EDP (dits modèles com­plets), pose le pro­blème de la pro­pa­ga­tion des incer­ti­tudes trai­tées comme la par­tie sto­chas­tique des gran­deurs d’intérêt ; cepen­dant ces codes ne fonc­tionnent qu’avec des para­mètres et/​ou variables issues d’estimations empi­riques ou qua­li­ta­tives par dire d’expert. Lorsque cette infor­ma­tion n’est plus assi­mi­lable à une don­née fré­quen­tiste obser­vable (soit : la varia­bi­li­té et la confiance ne sont plus de type pro­ba­bi­liste) des choix de repré­sen­ta­tion de la com­po­sante impré­cise de l’information doivent être faits. Pour ces don­nées qua­li­ta­tives ordi­nales ou non, de nature sou­vent impré­cises ou vagues on parle d’incertitude épis­té­mique.
Plusieurs tra­vaux, récents (Tacnet 2009, Carladous 2017) montrent que les théo­ries des pos­si­bi­li­tés, et du Raisonnement Évidentiel pour repré­sen­ter l’imperfection de l’information, la pro­pa­ger et aider à déci­der, sont appli­cables en ges­tion de risque et d’efficacité d’ouvrages. L’usage clas­sique des codes déter­mi­nistes ne per­met pas d’intégrer d’autres formes d’incertitude. De récents tra­vaux ont per­mis d’intégrer par des modèles dits hydrides à la fois des dis­tri­bu­tions de pro­ba­bi­li­tés et de pos­si­bi­li­tés (Baudrit 2005, Despouy et al. 2012). D’autre part, l’utilisation de plu­sieurs simu­la­teurs uti­li­sant des don­nées impar­faites peut être vue comme un consor­tium d’ ‘experts’ (dits sources de don­nées) dont on peut attendre soit une conver­gence, soit une redon­dance soit un conflit de résul­tats. Les tech­niques dites de fusion per­mettent alors de four­nir un degré d’ignorance sur les dif­fé­rentes conver­gences d’avis.
Il s’agit alors dans ce pro­jet de thèse d’intégrer l’imprécision ou/​et l’incertitude mul­ti échelle dans le cadre de l’aide à la déci­sion : 1) au niveau de son uti­li­sa­tion dans des simu­la­teurs (pro­pa­ga­tion d’incertitude) mais aus­si 2) sa tra­ça­bi­li­té (son deve­nir dans et au tra­vers de la simu­la­tion à base de rai­son­ne­ment ou d’EDP) 3) ain­si que l’exploitation de cette infor­ma­tion pour l’aide à la déci­sion en sor­tie de modèles.

Consultez l’offre


Proposition de thèse

Evaluation multicritère et multi‐​objectif des performances à l’échelle locale des entreprises au regard des Meilleures Techniques Disponibles

IMPORTANT : Le dos­sier de can­di­da­ture devra com­prendre un CV, une lettre de moti­va­tion, au mini­mum une lettre de recom­man­da­tion et les coor­don­nées de contact pour recom­man­da­tion.

Ce pro­jet de thèse s’inscrit dans la thé­ma­tique « Evaluation envi­ron­ne­men­tale /​ MTD » du dépar­te­ment Génie de l’Environnement et des Organisations. Il fait suite aux tra­vaux de recherche sur la période 2013–2016 enga­gés avec des indus­triels (EDF) et ins­ti­tu­tions fran­çaises (INERIS) et euro­péennes (bureau de l’IPPC – Séville) sur l’identification des tech­niques dites MTD à l’échelle natio­nale et inter­na­tio­nale.

Ce tra­vail de thèse fera appel à dif­fé­rentes com­pé­tences scien­ti­fiques trans­verses à l’institut Henri Fayol :

  • Evaluation envi­ron­ne­men­tale et MTD /​ dépar­te­ment Génie de l’Environnement et des orga­ni­sa­tions
  • Analyse mul­ti­cri­tère et mul­tiob­jec­tifs, trai­te­ment et ana­lyse de don­nées, opti­mi­sa­tion et construc­tion de scé­na­rios de réfé­rence.

Dépôt des can­di­da­tures par email à laforest@emse.fr avant le 23 avril 2017

Consultez l’offre (PDF)


Offre d’emploi

Concours maître‐​assistant en Génie Industriel spécialité Supply Chain Management

L’École Nationale Supérieure des Mines de Saint‐​Étienne (MSE), École de l’Institut Mines Télécom, sous tutelle du Ministère de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique est char­gée de mis­sions de for­ma­tion, de recherche et d’innovation, de trans­fert vers l’industrie et de culture scien­ti­fique, tech­nique et indus­trielle.

Le poste sera rat­ta­ché au dépar­te­ment Génie de l’Environnement et des orga­ni­sa­tions qui s’inscrit dans une pers­pec­tive de per­for­mance éco­no­mique, envi­ron­ne­men­tale et indus­trielle des Systèmes et Organisations.

L’ambition du dépar­te­ment est d’apporter des solu­tions nou­velles en matière de modé­li­sa­tion, d’évaluation, de simu­la­tion et d’analyse des pro­ces­sus indus­triels et des sys­tèmes ter­ri­to­riaux dans un double contexte d’industrie et de ville durables. L’originalité du dépar­te­ment réside dans la double com­pé­tence et la double vision entre Sciences de l’Environnement et Sciences du Génie Industriel. Cette approche bi‐​disciplinaire est struc­tu­rée en 4 thèmes rele­vant majo­ri­tai­re­ment de l’atelier 2 – Flux, Circulation, Matières, Energies, Déchets et Territoires de l’UMR 5600 (Environnement, Ville et Société). Les ver­rous scien­ti­fiques asso­ciés sont : éva­lua­tion de la per­for­mance durable d’un modèle éco­no­mique ; orga­ni­sa­tion, pla­ni­fi­ca­tion et ges­tion des chaînes logis­tiques avec une logique col­la­bo­ra­tive et multi‐​acteurs ; défi­ni­tion et créa­tion d’indicateurs de pres­sion ou d’impact envi­ron­ne­men­taux lisibles et com­pré­hen­sibles, et adap­ta­tion aux dif­fé­rentes échelles et objets ; iden­ti­fi­ca­tion de la vul­né­ra­bi­li­té des orga­ni­sa­tions et de leur pou­voir de rési­lience.

  • Thème « Evaluation des pres­sions et des impacts envi­ron­ne­men­taux »
  • Thème : « Résilience et sou­te­na­bi­li­té du ter­ri­toire »
  •  Thème « Chaines logis­tiques et ter­ri­toire »
  •  Thème « Mutation indus­trielle vers le ser­vice »

Pour ren­for­cer les com­pé­tences de ce dépar­te­ment, l’école des mines recrute un Maître Assistant en Génie Industriel dans la spé­cia­li­té Supply Chain mana­ge­ment.

Date limite de can­di­da­ture : 23 avril 2017.

Consultez la fiche de poste (PDF)


Offre d’emploi

Concours maître‐​assistant en sciences de gestion – spécialité systèmes d’information /​ innovation

La per­sonne recru­tée s’impliquera acti­ve­ment dans les équipes péda­go­giques en charge des filières de for­ma­tion. À ce titre, la concep­tion de nou­velles acti­vi­tés et le déve­lop­pe­ment de péda­go­gies inno­vantes, notam­ment grâce aux fonc­tion­na­li­tés du numé­rique, sont par­tie inté­grante de la mis­sion d’enseignement.
Le can­di­dat devra être en mesure de déli­vrer ses ensei­gne­ments et éven­tuel­le­ment de conce­voir des MOOC en anglais. Un volume horaire mini­mal annuel sera à assu­rer. Les acti­vi­tés de concep­tion, d’encadrement et d’animation sont prises en compte dans celui‐​ci.

Critères d’évaluation de la per­sonne recru­tée Activités d’enseignement, inser­tion dans le pro­jet de l’équipe, du centre et du labo­ra­toire de recherche, contri­bu­tion au pro­jet stra­té­gique de l’Ecole, pro­duc­tion scien­ti­fique (qua­li­té et nombre de publi­ca­tions dans des
revues de rang A au sens de l’HCERES), recherche par­te­na­riale (par­te­na­riats indus­triels directs, recherche col­la­bo­ra­tive, accom­pa­gne­ment de start‐​ups …) et par­te­na­riats inter­na­tio­naux consti­tue­ront les prin­ci­paux élé­ments d’évaluation du maître‐​assistant recru­té.
Celui‐​ci devra être capable de sou­te­nir une Habilitation à Diriger des Recherches dans les 5 à 7 années sui­vant son recru­te­ment.

Date limite de can­di­da­ture : 23 avril 2017.

Consultez la fiche de poste (PDF)


Offre d’emploi

Concours maître‐​assistant en informatique

Les thé­ma­tiques de recherche en infor­ma­tique qui sont déve­lop­pées à l’Institut Fayol portent sur la repré­sen­ta­tion et le rai­son­ne­ment sur les connais­sances pour l’accès aux conte­nus et don­nées, la coor­di­na­tion et l’adaptation de ser­vices, la confiance et la confi­den­tia­li­té dans la socié­té numé­rique. Ces recherches sont décli­nées dans le domaine des sys­tèmes d’informations, du Web et de l’Internet des Objets, dans le contexte des sys­tèmes indus­triels, des sys­tèmes intel­li­gents pour la ges­tion d’énergie, des trans­ports et/​ou des villes.

Dans le cadre du dépar­te­ment « Informatique et Systèmes Intelligents » de l’Institut Henri Fayol et de la thé­ma­tique « Connected Intelligence » du Laboratoire Hubert Curien les mis­sions sui­vantes seront confiées au can­di­dat :

  • réa­li­sa­tion de tra­vaux de recherche en liai­son appro­fon­die avec le milieu éco­no­mique et aca­dé­mique des résul­tats obte­nus ;
  • contri­bu­tion au déve­lop­pe­ment de contrats et de pro­jets en par­te­na­riat avec des uni­ver­si­taires et des entre­prises, au niveau régio­nal, natio­nal et à l’international ;
  • co‐​encadrement de thèses ;
  • par­ti­ci­pa­tion active aux trans­ferts de connais­sances et de tech­no­lo­gie ;
  • pré­pa­ra­tion de sémi­naires, col­loques, congrès.

Date limite de can­di­da­ture : 23 avril 2017.

Consultez la fiche de poste (PDF)

| Institut Henri Fayol |Publications| DEFII Fayol| Projets phares |

| Institut Henri Fayol |Publications| DEFII Fayol| Projets phares |

Réussir la nou­velle révo­lu­tion indus­trielle est le défi d’avenir de nom­breuses ETI et PME fran­çaises dans le cadre de l’Alliance du futur lan­cé en avril 2015 par le Président de la République, Monsieur François Hollande.

Dans un contexte où les nou­velles tech­no­lo­gies, comme la fabri­ca­tion addi­tive ou l’internet indus­triel, bou­le­versent l’industrie en pro­fon­deur cette for­ma­tion a été conçue pour for­mer les ingé­nieurs capable d’entrainer le pro­ces­sus de tran­si­tion en accom­pa­gnant les entre­prises à pro­duire autre­ment, à gagner en réac­ti­vi­té et en com­pé­ti­ti­vi­té. De la concep­tion à la fin de vie en pas­sant par la pro­duc­tion et la logis­tique, sur l’ensemble de la chaine de valeur et en pre­nant en compte toutes les par­ties pre­nantes, les Managers de la Transition Industrielle sau­ront moder­ni­ser et trans­for­mer le modèle indus­triel et ain­si par­ti­ci­per à réaf­fir­mer la place de la France au meilleur rang mon­dial dans le sec­teur de l’industrie.

Pour en savoir plus

Télécharger la pla­quette