PANORAMINES

Auvergne-Rhône-Alpes apporte un soutien de 35 M € pour le Plan Nano 2022

Partager ce contenu :

Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, a annoncé le 12 novembre, lors d’une réunion avec les principaux acteurs de la filière des nanotechnologies, dont ST Microelectronics, Soitec, Sofradir, Minalogic et CEA-LETI, un premier soutien de 35 millions d’euros de la Région au profit du plan Nano 2022. Un appel a été également lancé aux collectivités locales. Soumis le 30 novembre pour approbation à la Commission européenne, le projet intégré notifié conjointement par la France, l’Allemagne, l’Italie et le Royaume-Uni en faveur de la recherche et de l’innovation dans le domaine de la microélectronique a été officiellement annoncé, le 18 décembre, conforme aux règles de l’UE en matière d’aides d’État. Il contribue à la réalisation d’un intérêt européen commun.

Cinq domaines technologiques visés

Ce projet d’envergure européenne vise à favoriser la recherche et le développement dans plusieurs États membres, pour des applications dans l’automobile (véhicules connectés ou autonomes), l’intelligence artificielle embarquée, les objets connectés, l’aérospatial et la défense, les appareils domestiques, commerciaux et industriels, etc. Les participants au projet se focaliseront sur 5 domaines technologiques : les puces éco énergétiques, les semi-conducteurs de puissance, les capteurs intelligents, l’équipement optique avancé, et les matériaux pour semi-conducteurs composés.

L’industrie des nanotechnologies constitue un pari d’avenir et un investissement indispensable pour la France, et pour cause. Ce secteur est source d’innovation dans des champs d’activité très variés, mais est aussi un enjeu décisif de souveraineté économique, dans un contexte où les États-Unis et les pays asiatiques s’imposent comme des mastodontes en matière d’innovation. C’est la raison pour laquelle, la France a demandé l’autorisation pour fournir un financement allant jusqu’à 355 millions d’euros sur un budget qui s’élève à 1,75 milliard d’euros alloué par les quatre États membres à ce projet, qui devrait générer 6 milliards d’euros d’investissements privés et dont la fin est prévue pour 2024.

La région Auvergne-Rhône-Alpes fait figure de proue

Figurant parmi les rares régions européennes dotées de prérequis et de qualités à même de leur permettre de se positionner en tant que leaders en matière d’innovation à l’échelle mondiale, Auvergne-Rhône-Alpes s’engage très fortement pour le plan Nano 2022 qui doit permettre à la région de garder une longueur d’avance sur d’autres pays, tout en améliorant son positionnement sur d’autres domaines, notamment la filière des nanotechnologies.

Cette dernière totalise près de 22 500 emplois au niveau régional. Un constat qui est appelé à être consolidé grâce au plan Nano 2022. Situé au premier plan des financements de l’État et des collectivités locales, il est censé créer et maintenir 3 000 emplois directs et 8 000 emplois indirects.

Cette dynamique est de bon augure pour nos étudiants qui pourront ainsi saisir les nombreuses opportunités professionnelles qui s’offriront à eux dans les domaines de l’innovation, de la recherche et du développement des nanotechnologies. Notre offre de formation s’inscrit en droite ligne de la stratégie de la France en la matière !

En photos

23 Mai. 2019

L’Institut Fayol organisait le 22 mai une rencontre destinée aux entreprises, industriels et acteurs socio-économiques sur la «Transformation numérique et économie circulaire : des leviers complémentaires pour innover»

21 Mai. 2019

14 élèves ISMIN ont participé au « Start-up week-end » Aix-Marseille du 17 au 19 mai avec un travail dense en équipes pluridisciplinaires : plusieurs d’entre eux sont sur le podium