MINES Saint-Étienne

Ingénieur Spécialité Microélectronique et Informatique

Les emplois de demain et la prospérité des nations dépendront de systèmes de production et de services qui restent pour l’essentiel à inventer. Pour relever ces défis du XXIe siècle, pour transformer les risques en opportunités, les sociétés modernes ont plus que jamais besoin d’ingénieurs qui imaginent, qui entreprennent, qui créent et qui transforment. Ce sont ces femmes et ces hommes, créatifs, responsables, ouverts sur le monde et sa diversité, que l’École des Mines de Saint-Étienne a pour ambition de former.

En formant des ingénieurs possédant une grande capacité d’adaptation grâce à de solides méthodes de travail, une large culture scientifique et technique, une préparation aux échanges internationaux, une pédagogie qui favorise créativité, autonomie et travail en équipe, l’École a résolument mis le cap vers de nouveaux horizons.

Le diplôme ISMIN bénéficie ainsi de tout le prestige de l’École des Mines de Saint-Étienne, sur un campus High Tech dédié à la formation, à la recherche et à l’innovation en microélectronique et ses applications.

Situé dans un environnement d’exception en Provence, doté d’équipements scientifiques de pointe, en interaction constante avec un tissu industriel dynamique qui permet des débouchés importants sur le plan national et international, le campus Georges Charpak Provence matérialise la nouvelle alliance, durable, entre la culture et l’innovation.

Entreprendre le diplôme ISMIN, c’est s’engager dans un domaine de spécialité en pleine expansion et bénéficier d’un accompagnement personnalisé dans l’élaboration du parcours professionnel, tout en bénéficiant du meilleur de la marque “Mines”, gage d’ouverture d’esprit, d’audace et d’adaptabilité.

Les indicateurs de performance et d’attractivité du cycle ISMIN, tant auprès des candidats que des entreprises le prouvent : en venant en Provence à Gardanne, en intégrant un des établissements fleuron de l’Institut Mines-Télécom et de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, vous ferez un pari gagnant sur l’avenir.

L’ingénieur ISMIN : un profil original plébiscité par les recruteurs

L’ingénieur ISMIN est fondamentalement un créateur et porteur de solutions innovantes et durables en nouvelles technologies à base de numérique.

Il possède une vision globale et une maîtrise accomplie des systèmes embarqués grâce à une large culture scientifique, une double compétence en microélectronique et informatique (le hard et le soft) et l’alliance de solides capacités conceptuelles et opérationnelles.

Les ingénieurs ISMIN sont très recherchés par les entreprises pour la pertinence de leur profil transverse et pour leur potentiel d’évolution.

  • Leur savoir être et leur capacité d’influence en réseaux leur permettent d’être des managers agiles de projets collaboratifs très appréciés.
  • La pédagogie du cursus fondée sur l’initiative et l’autonomie, leur confère de très fortes facultés d’adaptation, de réactivité et de proactivité. Autant de qualités indispensables pour faire face à l’accélération des ruptures sur des marchés High Tech en recomposition permanente.
  • Profondément ouverts sur la diversité du monde, les ingénieurs ISMIN sont des femmes et des hommes curieux et inventifs, tout en étant particulièrement conscients de leurs responsabilités et de la nécessité de rendre compte de leur action au niveau sociétal. Leur capacité à faire preuve d’analyse et de jugement critiques est l’un de leurs atouts reconnus.

Leur pratique éprouvée de l’interculturalité et de l’international les rend particulièrement aptes à opérer dans des secteurs d’activité où le terrain de jeu est planétaire.

Une pédagogie immersive et interactive

Apprendre en se préparant à son futur environnement de travail

Le secteur des nouvelles technologies présente des caractéristiques très particulières : mode projet collaboratif, travail en réseaux ouverts, leadership par l’influence, approche design thinking, forte empathie client, esprit de « makers » capables de créer et prototyper rapidement…

C’est pourquoi, Mines Saint-Étienne a fait le choix structurant d’une pédagogie immersive, c’est-à-dire qui soit le reflet des futures pratiques professionnelles, grâce à un terrain de jeu particulièrement propice.

Créé en 2008, le Campus Georges Charpak Provence forme un écosystème unique concentrant sur un même lieu, en interaction permanente, étudiants, enseignants-chercheurs, start-ups et entreprises leaders telles ST-Microelectronics ou Gemalto, au service de la recherche, de l’innovation et de l’entrepreneuriat.

Des outils grandeur réelle au service de l’apprentissage

Pour mettre en œuvre une stratégie d’apprentissage par l’action (learning by doing), l’École s’appuie sur des locaux pédagogiques qui ont été pensés pour être des espaces d’innovation ouverte et de création collaborative (projet ID fab : ateliers prototypage, documentation 2.0). Ainsi, les étudiants ont accès directement à des moyens professionnels à l’échelle 1 servant directement aux entreprises.

La plateforme technologique MicroPackS

Installée au sein même des locaux de l’École, MicroPackS est la première structure R&D nationale en matière d’assemblage de micro et nanotechnologies intégrant des préoccupations sécuritaires.

Elle est dotée de moyens scientifiques et techniques de haut niveau ouverts à la mutualisation publique/privée : équipements de 8 millions d’euros sur 600 m2 de salle blanche. Les enseignants-chercheurs interviennent en cours, en TD, lors des projets industriels et auprès des entreprises hébergées dans l’espace partenarial du campus.

Le préincubateur de maturation technologique TEAM@Mines Saint-Étienne

Le campus de Gardanne s’est doté d’un “Espace Partenarial R&D” : TEAM@Mines Saint-Étienne : Technologie, Entrepreneuriat, Accompagnement, Maturation, qui fonctionne à la manière d’un hôtel d’entreprises pour start-up innovantes ayant des activités de recherche ou de formation en lien avec celles du Centre Microélectronique de Provence (CMP), l’un des 5 centres de recherche et de formation de l’École.

Ces start-up disposent ainsi de tout le support scientifique et technique du CMP (moyens matériels, compétences). Cet espace partenarial favorise les interactions de terrain avec le monde économique, au profit de l’insertion professionnelle des étudiants et de la création d’entreprises. Il apporte une réponse aux porteurs de projets de création, dont les élèves ISMIN, qui peuvent ainsi déployer leurs projets alors même qu’ils n’ont pas encore terminé leur cursus.

Actuellement, 9 jeunes pousses sont hébergées par l’espace partenarial dont la plupart ont un lien avec le cursus ISMIN.

Après une classe préparatoire : le concours MINES-TÉLÉCOM

Concours Mines-Télécom

Le concours Mines-Télécom est commun à 12 grandes écoles d’ingénieurs. Il est ouvert aux élèves en fin de deuxième année des classes préparatoires aux grandes écoles des filières MP, PC, PSI, PT et TSI.

L’École des Mines de Saint-Étienne offre 78 places pour le diplôme ISMIN : 30 MP, 15 PC, 25 PSI, 4 PT, 4 TSI.

Les épreuves écrites des filières MP, PC, PSI, PT

  • Pour les candidats des filières MP, PC, PSI, le concours Mines-Télécom utilise les mêmes épreuves écrites que le concours commun Mines-Ponts, avec les mêmes coefficients.
  • Pour les candidats de la filière PT, le concours Mines-Télécom utilise les mêmes épreuves écrites que la banque PT, avec les mêmes coefficients.

Les épreuves orales des filières MP, PC, PSI, PT

  • Pour les filières MP, PC, PSI et PT, le concours Mines-Télécom organise ses propres épreuves orales.

Les épreuves de la filière TSI

  • Pour la filière TSI, le concours Mines-Télécom utilise les épreuves écrites et orales du concours Centrale-Supélec.

Pour en savoir plus : http://www.concours-mines-telecom.fr

Renseignement concernant le concours

Philippe Beaune
Responsable du cycle ISMIN
philippe.beaune@mines-stetienne.fr
Tél. : 04 42 61 66 31

Après un parcours universitaire

Processus d’admission

L’admission se fait sur dossier suivi d’un entretien. Le dossier doit permettre d’évaluer en plus du niveau scientifique et de la capacité de synthèse du candidat, sa connaissance du métier d’ingénieur et la cohérence de son projet professionnel.

Entrée en 1ère année

Les titulaires d’une licence scientifique (L3) peuvent être candidats à l’entrée par cette voie.

Entrée en 2e année

Ce recrutement est ouvert au candidat titulaire d’un Master 1 dans les domaines : électronique, informatique, physique et mathématiques.

Dossier de candidature

  1. Un Curriculum Vitæ
  2. Une lettre de motivation démontrant d’une part en quoi vous êtes à même de suivre la formation et d’autre part les raisons personnelles et professionnelles de votre candidature.
  3. Les résultats de vos 2 dernières années de formation ainsi que les résultats de votre année en cours [copie certifiée conforme des diplômes obtenus].
  4. Une lettre de recommandation.

Ces documents peuvent être adressés avant le 15 juin pour une entrée en septembre en format PDF à : candidature sur titre ou envoyés à l’adresse postale suivante :

MINES Saint-Étienne – Site Georges Charpak Provence
à l’attention du Service admission ISMIN
880, Avenue de Mimet
13541 GARDANNE
FRANCE

Les diplômes et relevés d’évaluation étrangers doivent être traduits en français et certifiés conformes par le consulat français local.

Dans le cadre d’un partenariat avec un établissement étranger (double diplôme)

Les élèves des institutions partenaires doivent s’adresser au service de la scolarité de leur institution pour constituer leur dossier.

Après une expérience professionnelle : VAE

La formation tout au long de la vie est une nécessité et devient une réalité pour les salariés qui souhaitent évoluer professionnellement : la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE), droit individuel créé par la loi de modernisation sociale du 17 janvier 2002, est une voie d’accès au diplôme ISMIM.

Contact

Philippe Beaune
Responsable scolarité ISMIN
philippe.beaune@mines-stetienne.fr

Auditeurs libres

Le cursus ISMIN peut aussi accueillir des élèves ne préparant pas le diplôme ISMIN :

  • des élèves en échange, issus d’institutions partenaires (en France et à l’étranger), validant une partie de leur scolarité dans le cadre d’un échange académique ; ces élèves doivent être autorisés par leur institution d’origine à effectuer une mobilité à Mines Saint-Étienne ;
  • des auditeurs libres, ne suivant que certains cours du programme.

Partenaires en France

Les écoles de l’Institut Mines Télécom.

Partenaires à l’étranger

L’École a signé plus de 100 conventions avec 30 pays dans le monde entier.
Les partenariats à l’international – ISMIN [PDF]

Contact

Philippe Beaune
Responsable scolarité ISMIN
philippe.beaune@mines-stetienne.fr

Les années de formation sont désignées en semestres : semestres 5 et 6 en 1ère année ; semestres 7 et 8 en 2e année ; semestres 9 et 10 en 3e année.

Une année de césure peut être réalisée entre la 1ère et la 2e année, ainsi qu’entre la 2e et la 3e année.

Le cursus « classique »

Vous effectuez vos trois années à l’école, avec éventuellement un semestre en deuxième année en mobilité à l’étranger.

Le cursus « aménagé »

Une mobilité avec échange de crédits peut se réaliser au semestre 9 dans l’une des écoles de l’Institut Mines-Télécom (13 écoles dont 5 filiales, associées ou sous convention).

Les cursus « Double-Diplôme »

Des conventions lient l’École des mines de Saint-Étienne à des universités et écoles françaises ou étrangères. Les élèves de certaines d’entre elles peuvent postuler pour venir préparer un double diplôme aux mines de Saint-Étienne et réciproquement ; nos élèves peuvent valider leur 3e année à l’étranger et obtenir un double diplôme avec certains de nos établissements partenaires.

ISMIN-ICM

Vous avez la possibilité, sur dossier, d’intégrer le cursus « Ingénieur Civil des Mines » en 2e année.

Master « Recherche »

En troisième année, vous pouvez effectuer un Master et pourrez ensuite poursuivre vers un doctorat.

Master Nanosciences et Nanotechnologies en co-accréditation avec Aix-Marseille Université

Pour certains parcours de 3e année, il est possible de faire un Master 2 en parallèle de la formation ISMIN grâce à un aménagement de cours spécifique. Cela permet d’obtenir en plus du diplôme d’ingénieur un Master en Nanosciences et Nanotechnologies et pouvoir envisager une carrière en recherche dans les nanosystèmes, la micro-frabrication, la bioélectronique…

Master Génie Industriel en co-accréditation avec l’Université Jean Monnet, l’École Centrale de Lyon et l’École nationale d’ingénieurs de Saint-Étienne

Pour certains parcours de 3e année, il est possible de faire un Master 2 en parallèle de la formation ISMIN grâce à un aménagement de cours spécifique. Cela permet d’obtenir en plus du diplôme d’ingénieur un Master en Génie Industriel et pouvoir envisager une carrière en recherche.

Master Réseaux et télécommunications en co-accréditation avec Aix-Marseille Université

Pour certains parcours de 3e année, il est possible de faire un Master 2 en parallèle de la formation ISMIN grâce à un aménagement de cours spécifique. Cela permet d’obtenir en plus du diplôme d’ingénieur un Master en Réseaux et Télécommunications, dans le domaine de l’internet des objets (IoT) et pouvoir envisager une carrière en recherche sur les réseaux intelligents et sécurisés d’objets connectés.

Universités étrangères partenaires

Certaines options ont organisé des partenariats privilégiés ouverts sur des doubles diplômes avec des universités étrangères, ce qui permet de faire sa troisième année dans l’une d’elles tout en obtenant le diplôme ISMIN. Les possibilités de double diplôme à l’étranger figurent dans le document suivant mis à jour régulièrement :

Les partenariats à l’international – ISMIN [PDF]

Le cursus est divisé en 6 semestres composés de cours, travaux dirigés ou travaux pratiques, ainsi que de projets et de stages.

L’objectif est de rendre les élèves progressivement acteurs et responsables de leur formation à travers une démarche compétence équilibrée, une individualisation accrue des parcours et un accompagnement adapté.

1ère année : les fondamentaux

La première année est consacrée à l’acquisition du socle de connaissances de l’ingénieur relatif aux domaines de l’électronique, de l’informatique, des mathématiques et des sciences de la matière et du vivant. Des modules de découverte de l’entreprise, des métiers de l’ingénieur, des techniques de management et des domaines d’excellence du campus sont également dispensés pendant cette année.

2e année : des domaines de base à l’approche système

La deuxième année vise à l’intégration de l’approche système et à l’atteinte d’un palier supplémentaire dans la prise d’autonomie à travers des mises en situation plus engageantes (projet robot, projet industriel, acte d’entreprendre) et un renforcement du travail personnel.

L’année est d’abord centrée sur la fin de l’apprentissage des briques de base qui constituent les systèmes embarqués et les systèmes d’information. Une place significative est réservée à la formation générale de l’ingénieur (génie industriel).

Le projet industriel sert de fil rouge à toute l’année pour développer l’approche système. Une attention particulière est portée aux capacités et aptitudes à l’agilité, comme identifier ses manques, apprendre à apprendre ou savoir s’adapter pour réaliser. Des tickets d’acquisition de compétences spécifiques sont ainsi proposés aux élèves dans le cadre de leur projet industriel.

3e année : apprendre à approfondir via le parcours de spécialisationn

La 3e  année est dédiée à l’apprentissage des nouvelles technologies appliquées à des domaines précis comme la sécurité, les systèmes embarqués, la logistique ou la bioélectronique. Elle est composée d’enseignements d’approfondissement donnant lieu à un projet  technique de type R&D, et s’achève par le stage de fin d’études d’une durée de 6 mois. Chaque élève ingénieur bâtit un parcours individualisé composé de :

  • Une majeure parmi 3 proposées
  • Un enjeu technologique parmi 4 proposés
  • Un projet d’étude associé à l’enjeu retenu
  • Une semaine de workshop parmi une dizaine proposée
  • Un électif métier optionnel parmi 5 proposés

Les mises en situation : les projets et les stages

Tout au long du cursus, les élèves-ingénieurs mènent plusieurs projets et stages qui les aident à la fois à développer leurs compétences et aptitudes personnelles et à construire leur projet d’insertion professionnelle. Ils bénéficient pour cela de l’appui logistique et des conseils de l’équipe pédagogique et des enseignants-chercheurs.

Riches et variées, les projets proposés sont structurés autour de la maîtrise du cycle de l’innovation, depuis l’écoute du marché jusqu’à la mise en production et en service. Ils s’inscrivent dans un schéma de progression pédagogique cohérent et permettent ainsi à chaque élève d’apprendre à maîtriser, étape par étape, les différentes facettes de son métier. Ainsi, les cours managériaux sont conçus en support direct aux mises en pratiques. Ces projets sont complétés par 2 stages positionnés en début (découverte de l’entreprise) et en fin de parcours (stage de fin d’études).

Les mises en situation représentent 45% du temps de travail global.

Semestres 5, 6 et 7 : projet robot

Construit en 3 séquences (1 par semestre), ce projet permet aux élèves de mettre en œuvre de l’électronique et de l’informatique pratiques sur un objet concret avec une complexité croissante. Ce projet s’appuie sur les connaissances théoriques développées dans les autres cours et permet de développer des compétences pratiques de conception, mise en œuvre et tests alliant électronique et informatique embarquée.

Semestre 6 : stage découverte de l’entreprise

Ce stage d’un mois permet une découverte du fonctionnement d’une entreprise en fin du semestre 5 de la première année.

Semestre 6 : projet Ingénieurs Solidaires en Actions

Des projets citoyens “Ingénieurs Solidaires en Actions” sont inscrits en 1ère année dans le cursus des élèves-ingénieurs ISMIN. Plus d’une quinzaine de projets annuels sont proposés aux élèves-ingénieurs répartis par groupes de 4 à 6. Ces projets développent chez les élèves ISMIN des capacités à travailler en équipe, à conduire des projets et à s’ouvrir vers des domaines autres que scientifiques.

Ces actions concernent les domaines humanitaire, social, développement durable, culture scientifique et éducation.

De la création d’un café des sciences à l’animation d’ateliers scientifiques dans des écoles primaires ou collèges, ou la vulgarisation scientifique en milieu carcéral, les projets permettent une ouverture d’esprit de l’élève-ingénieur vers des sujets de société et ses composantes.

2e année : acte d’entreprendre

L’acte d’entreprendre consiste à demander à chaque élève de conduire une expérience concrète d’entrepreneuriat au choix à travers une large palette d’activités possibles : participation à un évènement, à un challenge, à un startup weekend… C’est à chacun de déterminer la mise en situation et le mode de participation qui convient le mieux à ses centres d’intérêt et aspirations.

Semestres 7 et 8 : projet industriel

Le projet industriel a pour objectif de d’élaborer et de développer par groupes de 3 ou 4 élèves une solution concrète en réponse à un besoin réel d’un client extérieur, qui est une entreprise partenaire de l’Ecole. Le livrable attendu consiste en la fourniture d’un prototype ou d’une maquette hardware ou software. Le projet se déroule en 2 temps : au cours du semestre 7, l’équipe apprend à établir et à négocier le cahier des charges qu’elle réalise ensuite sur une période de 4 mois à plein temps dans les locaux de l’école, avec des tutorats en gestion de projet et d’équipe. Le projet industriel permet aux élèves de vivre une expérience en vraie grandeur d’ingénieur-concepteur.

Semestre 9 : Innov’actions

Pendant 3 jours non-stop, dans un format de type hackathon, les étudiants de 3ème année planchent par petits groupes, sur des projets d’innovation collaborative, autour d’une thématique donnée, en intégrant une réflexion sur le sens et l’usage. Ils concourent et pitchent en fin de workshop devant un jury professionnel afin de convaincre celui-ci de la pertinence, de la faisabilité et du potentiel de leur projet de création.

Semestres 9 et 10 : projet d’étude

En fin de spécialisation, une centaine d’heures est consacrée à la réalisation d’un prototype ou d’une maquette innovanteen lien direct avec l’enjeu technologique retenu. Ces projets sont proposés par une entreprise ou une équipe de recherche. Ils visent à mettre en œuvre l’ensemble des connaissances techniques et scientifiques acquises sur une question de R&D où la créativité et l’esprit d’innovation des élèves ingénieurs sont directement sollicités.

Semestre 10 : stage de fin d’études

D’une durée de 6 mois, il se situe en fin de cursus en 3eannée.

Ce stage prend la forme d’un projet d’ingénieur et est axé sur un développement de type “bureau d’études” : réalisation d’un logiciel, d’un prototype de carte électronique, étude et déploiement d’un système d’information…

Il peut être réalisé dans une entreprise (grand groupe, PME ou start-up) ou un laboratoire de recherche et peut se situer en France ou à l’étranger.

Construisez votre spécialisation de dernière année en fonction de votre projet professionnel.

Réalisez votre “mix” idéal : une majeure, un enjeu technologique, un workshop et un électif métier. À vous de choisir !

Majeure

Une majeure a pour objectif l’acquisition de bases scientifiques et techniques nécessaires pour appréhender les domaines technologiques.
À choisir parmi 3 proposées.

Informatique

Conception logicielle : java avancé, conception d’applications mobiles, conception et administration de bases de données, applications bases de données client-serveur.

Méthodes appliquées pour l’entreprise : téléphonie mobile, systèmes d’information des entreprises, simulation et optimisation discrètes.

Systèmes embarqués

Conception des systèmes : architecture de microcontrôleurs, conception de systèmes numériques complexes, conception mixte matériel et logiciel, normes et validation des systèmes embarqués

Interfaces matérielles et logicielles : systèmes d’exploitation temps réel, débogage des architectures à microcontrôleurs, réseaux multiplexes de communication, projet d’architecture électronique d’un véhicule.

Conception en microélectronique

Fondamentaux microélectroniques : physique et composants semi-conducteurs, procédés de fabrication des circuits intégrés, conception de circuits analogiques et numériques, architecture des processeurs.

Méthodologies de conception : modélisation VHDL et synthèse, conception analogique avancée, conception de circuits spécifiques (ASIC), coDesign, prototypage sur FPGA.

Enjeux technologiques

Chaque enjeu technologique propose aux élèves-ingénieurs des enseignements techniques et des enseignements de management spécifiques au domaine étudié afin d’obtenir toutes les connaissances nécessaires à l’appréhension d’un secteur économique de technologie de pointe.
À choisir parmi 4 proposés.

Dispositifs bioélectroniques

Bioélectronique : introduction à la biologie, bases de la bioélectronique, applications aux neurosciences, applications au diagnostic.

Applications de la bioélectronique : capteurs biologiques, systèmes électroniques et organiques, normes, marché du diagnostic médical, conception de dispositifs médicaux.

Mobilité et sécurité

Méthodes et outils informatiques : télécommunications mobiles (GSM, GPRS, 3G, Wifi), cryptographie, logiciels et techniques d’attaques, réseaux mobiles, biométrie.

Mobilité : architectures matérielles des mobiles, architectures des services mobiles, systèmes d’exploitation, cartes à puce, communication sans contact (RFID, NFC).

Informatique, technologies et Supply-Chain

Technologies communicantes et Supply-Chain : technologies de traçabilité à courte distance, intégration de solutions communicantes, planification et ordonnancement de la production.

Transport et distribution : la distribution, modèles de prévision de la demande, management de la chaîne logistique, Lean management, chaîne logistique durable.

Électronique des systèmes énergétiques

Composants électroniques pour la gestion d’énergie : technologie de batteries, récupération d’énergie, circuits et logiciels embarqués basse consommation, éco-conception.

Énergies renouvelables : production d’énergie verte, optimisation du transfert d’énergie, smart grids, bâtiments à énergie positive, dimension sociétale des nouveaux modèles énergétiques.

Workshops

Une semaine d’approfondissement technique est proposée en début de semestre 10. Les thématiques sont mises à jour régulièrement en fonction de l’évolution des technologies :

  • Digital signal processors
  • Fabrication de composants MOS silicium
  • Nanotechnologies
  • Atelier électronique imprimée
  • Programmation orientée multi-agent
  • Fabrication des capteurs épidermiques Tatou pour les mesures des signaux EMG
  • Electrochemical Energy Storage at the micrometer scale
  • Intelligence artificielle
  • Hack the web

Electif métier optionnel

Selon l’orientation de son projet professionnel, chaque élève peut décider de suivre un électif métier pour compléter ses connaissances et compétences. Trois profils différents sont proposés.

Profil innovation

Tout au long du cursus, diverses activités pédagogiques initient les élèves à l’entrepreneuriat et à l’intrapreuneuriat, comme l’acte d’entreprendre en 2eannée. Ceux qui veulent aller plus loin peuvent choisir l’électif « Entrepreneurship & intrapreneurship » (2 demi-journées par semaine sur un semestre entier) : c’est l’opportunité de travailler sur un projet personnel de création d’activité et/ou de participer à des challenges régionaux ou nationaux.

Profil recherche

Pendant leur 3eannée, les élèves de ce profil suivent des enseignements électifs spécifiques leur permettant de décrocher, en même temps que leur diplôme d’ingénieur ISMIN, un Master Recherche dans le domaine de la microélectronique, de l’IoT ou du génie industriel.

Profil management

Les élèves souhaitant approfondir leurs compétences managériales peuvent choisir l’électif « Management et stratégie des organisations ». Avec des étudiants d’une école de Management, les élèves ISMIN développent 2 projets stratégiques d’entreprise : un projet de mise en œuvre d’une stratégie business (marché, produit, client) et un projet d’accompagnement au changement sur la stratégie d’organisation d’une entreprise.

Mines Saint-Étienne, une porte ouverte sur le monde !

Le diplôme ISMIN des Mines de Saint-Étienne est fondamentalement tourné vers l’international.

Impensable d’espérer une carrière d’ingénieur digne de ce nom sans se tourner vers l’international, en particulier dans le secteur des nouvelles technologies.

À l’École des Mines de Saint-Étienne, tout est mis en œuvre pour vous préparer à travailler dans un contexte multiculturel. Sur le campus, vous serez notamment en contact régulier avec des étudiants, doctorants et enseignants étrangers.

Une expérience d’un semestre au minimum à l’international est demandée pour obtenir le diplôme

Selon l’une des modalités suivantes :

  • un stage long au semestre 8 en entreprise à la place du projet industriel ;
  • un séjour académique en transfert de crédits au semestre 9 dans l’une des universités partenaires ;
  • une mobilité en 3e année dans une université partenaire dans le cadre d’un double-diplôme ;
  • un stage de fin d’études au semestre 10 dans une entreprise internationale.

Un apprentissage personnalisé de l’anglais

Les élèves sont répartis dans des groupes de niveaux de taille réduite pour faciliter la pratique et les progrès. De plus, ils ont accès tous les 15 jours à tutorat d’une demi-heure en binôme.
En 3e année, plusieurs cours sont dispensés en anglais ce qui permet de consolider les connaissances acquises par la pratique.

Deuxième langue

Obligatoire, elle est proposée parmi l’allemand, l’espagnol, le chinois, le japonais ou le portugais ; la même organisation de tutorat s’applique que pour l’anglais.

L’international à l’École des Mines

  • plus de 100 universités et écoles partenaires dans le monde entier dont de nombreuses dans les zones à fort potentiel économique.
  • 37 conventions Erasmus
  • 100 % des élèves effectuent un séjour à l’étranger

Droits de scolarité

Les droits de scolarité s’élèvent à 2 650 euros par an. Pour les étudiants non-européens, le montant est de 4 150 euros.

Autres frais

À ces droits de scolarité, il faut ajouter une contribution aux activités d’intégration, de mutuelle étudiante, d’assurance personnelle (montant variable en fonction du niveau de couverture) et la contribution vie étudiante et de campus (CVEC).

Coûts valables pour la rentrée 2018 donnés à titre d’information.

Bourses et aides financières

Plusieurs dispositifs sont proposés aux élèves : bourses sur critères de ressources, bourses à l’international, prêts à taux réduits…

Intégrer le cursus ISMIN de l’École des Mines de Saint-Étienne, c’est aussi faire le choix d’une vie étudiante et associative très riche.

Logement : la résidence des élèves

Le campus est parfaitement équipé. Une résidence pour les élèves-ingénieurs fait face au bâtiment de l’école, au cœur du campus.

Spacieuse, câblée, elle offre 157 studios et permet d’héberger les élèves de 1ère année selon les places disponibles.

Un logement abordable

Si vous avez choisi le cursus ISMIN (OUI définitif aux appels du SCEI), vous recevrez pendant l’été tous les éléments nécessaires à la réservation de votre studio.

  • 152 studios de 18 m2
  • Loyer mensuel de 455 € – tarifs 2017-2018 qui inclut l’eau, le chauffage, l’électricité et la connexion internet (aides de la CAF à déduire)
  • 5 logements sont prévus pour personnes à mobilité réduite.

Chaque studio dispose :

  • d’une pièce principale faisant office de chambre et de bureau ;
  • d’une kitchenette équipée de deux plaques électriques, d’un four micro-onde et d’un frigo ;
  • d’une salle de bain individuelle avec douche, lavabo et WC.

Renseignements : hebergementsgc@emse.fr, tél. : 04 42 61 69 15.

La Maison des Élèves

800  m2 de confort et de convivialité. Elle rassemble les activités des différents clubs, associations et leurs salles de réunion. Sans oublier la salle de jeux : ping-pong, baby-foot, billard et bien sûr son espace de convivialité sonorisé.

Le site des élèves

Vous trouverez sur ce site des informations sur la vie à l’école ainsi que la présentation des clubs et associations présents.

http://myismin.emse.fr

Gardanne et la Provence

Au Sud de la Provence, Gardanne est située à 10 km d’Aix-en-Provence, cité étudiante par excellence, et à 15 km de Marseille, métropole fourmillante.

Autrefois cité minière, Gardanne présente aujourd’hui un paysage urbain en lien avec son histoire industrielle centenaire. Elle a réussi à conserver parmi ses richesses une vieille ville pittoresque et pleine de charme.

Le site Georges Charpak Provence

Le site est situé au sud-est de la ville de Gardanne, initialement occupé par une bastide dénommée « Château Laurin ».

Les vues environnantes sont uniques : au nord, le massif de la Sainte-Victoire, à l’ouest, le village provençal de Gardanne ; à l’est et au sud, la chaîne de l’Étoile, avec au premier plan les terrils boisés, symboles de l’activité minière endormie de la région.

Au nord du campus s’élèvent les bâtiments d’hébergement des élèves et la maison des activités associatives (Maison des élèves). Cet ensemble s’articule autour d’un espace paysagé, sorte de forum en plein-air.

Au sud, sont regroupées les activités d’enseignement, de recherche, de partenariat industriel. Elles s’inscrivent dans un vaste bâtiment linéaire qui accueille les fonctions les plus significatives du programme : la halle système, l’espace pour les manifestations, l’amphithéâtre de 150 places, les différentes salles d’enseignement. Une rue intérieure de 110 m de long, partiellement sous verrière, relie d’est en ouest ces différentes fonctions.

La Culture Scientifique à Gardanne

L’École est traditionnellement très investie dans la Culture Scientifique en Provence. Elle contribue en termes de réflexion, de compétences et surtout de productions visibles et d’animation associant les élèves (à travers l’association “Illu’Mines”), les doctorants, les chercheurs et les enseignants-chercheurs.

Un exemple à travers l’organisation de la Fête de la Science : le village des Sciences se développe en partie sur le site de Gardanne avec une forte implication des élèves et personnels de l’école.

Des débouchés riches et variés

Les métiers

  • Ingénieur production, industrialisation
  • Ingénieur conception, études, tests
  • Ingénieur analyste, développeur
  • Ingénieur support produit/client
  • Ingénieur R&D, chercheur
  • Chargé d’affaires ou de projet technique
  • Consultant
  • Créateur d’entreprise

Dans différents secteurs high-tech

  • Microélectronique
  • Systèmes embarqués
  • Bioélectronique
  • Internet des objets
  • Applications sur objets mobiles
  • Technologies communicantes
  • Systèmes énergétiques

Les entreprises qui recrutent les ingénieurs ISMIN

Airbus Helicopters, Accenture, Hewlett Packard, Amadeus, Gemalto, Sopra Group, RTE, Thalès Communication, ST-Microelectronics…

Les chiffres

  • 64 % des élèves ont trouvé un emploi avant d’être diplômés, 95 % dans les 5 mois suivant l’obtention du diplôme
  • 51% travaillent dans un contexte international
  • 10,5 % poursuivent en thèse
  • 40 k€ : salaire annuel moyen 6 mois après la sortie
  • Où travaillent-ils ?
    • 35% : informatique
    • 18 % : sociétés de conseil
    • 16 % : électronique
    • 14 % : industries du transport
    • 7% : logistique et distribution
    • 4 % : banques et assurances
    • 6 % : autres

InterMines, la force du réseau des Ingénieurs Civils des Mines

Depuis 30 ans, les trois associations des diplômés des Écoles des Mines de Paris, Saint-Étienne et Nancy mettent en commun leurs moyens via le réseau InterMines. Celui-ci a pour objet d’affirmer la présence des Ingénieurs Civils des Mines dans le monde socio-économique, de promouvoir leurs actions et leur image et de les représenter auprès des instances dirigeantes.

Elle regroupe aujourd’hui près de 30 000 diplômés issus des trois Écoles.

L’association propose un certain nombre de services très utiles aux diplômés pour profiter de ce réseau: groupes professionnels, groupes régionaux et internationaux, annuaire, Intermines Carrières…

Site web : http://www.inter-mines.org

Consultez le CV Book 2018, 2e édition

Chiffres clés

•    80 étudiants par promotion
•    200 enseignants du monde scientifique et industriel
•    45 % du temps consacré aux mises en situation
•    110 partenariats académiques internationaux
•    Un semestre minimum à l’international
•    25 % d’enseignants étrangers
•    64 % des élèves sont embauchés avant d’être diplômés, 95 % dans les 5 mois
•    40 k€ : salaire brut annuel à la sortie de l’école

Contacts

Philippe Beaune 
Responsable du cycle ISMIN
philippe.beaune@mines-stetienne.fr
Tél. : 04 42 61 66 31

Narjis Kournif
Mobilité entrante des étudiants internationaux
narjis.kournif@mines-stetienne.fr

Application form – Incoming Students