Recherche

A pied, vélo, bus, train ou véhicule électrique, Mines Saint‐​Etienne se bouge pour la mobilité durable

L’objectif d’un plan mobi­li­té est de pro­po­ser des actions pro­pices à limi­ter la cir­cu­la­tion auto­mo­bile, en par­ti­cu­lier celle de véhi­cules avec une seule per­sonne à bord (auto‐​soliste). La prio­ri­té de Mines Saint‐​Etienne est de favo­ri­ser une mobi­li­té durable par la pro­mo­tion et l’accompagnement des mobi­li­tés alter­na­tives et des modes de « mobi­li­té douce ».

La mobilité active, pour se bouger 

En terme de mobi­li­té douce, les per­son­nels et les élèves de Mines Saint‐​Etienne béné­fi­cient d’équipements et de mesures inci­ta­tives pour ren­for­cer l’usage des vélos et des trottinettes.

Ainsi, concer­nant les dépla­ce­ments inter‐​campus et sur le péri­mètre de la métro­pole sté­pha­noise, Saint‐​Etienne Métropole a fait le don de 20 vélos, mis pour la plu­part à dis­po­si­tion des élèves et de leur asso­cia­tion VéloME. Les per­son­nels de l’Ecole peuvent éga­le­ment libre­ment en uti­li­ser, cer­tains comme « vélos de ser­vice » pour les dépla­ce­ments intramuros.

Afin d’encourager le recours à des modes de trans­ports plus éco­res­pon­sables, un « for­fait mobi­li­tés durables » est mis en place, à des­ti­na­tion des per­son­nels, au sein de l’Institut Mines‐​Télécom. Pouvant s’élever à 200€, il encou­rage l’usage du vélo, de la trot­ti­nette ou du covoi­tu­rage, pour effec­tuer les tra­jets domicile‐travail.

En com­plé­ment de ces mesures, les agents rému­né­rés par l’Ecole peuvent béné­fi­cier de la prise en charge des frais d’abonnement à un ser­vice public de loca­tion de vélos.

Ces dis­po­si­tions sont accom­pa­gnées par la mise en place d’équipements spé­ci­fiques comme des espaces dédiés au sta­tion­ne­ment sécu­ri­sé (racks ou abris vélo) sur nos cam­pus. Parallèlement des actions de com­mu­ni­ca­tion sur l’u­sage du vélo et les « mobi­li­tés actives » sont menées, notam­ment dans le cadre de pro­jets d’élèves.

Ainsi, pour tous les dépla­ce­ments urbains de faible dis­tance, Mines Saint‐​Etienne entend favo­ri­ser la marche à pied, le vélo ou les trans­ports en com­muns. Un pro­jet d’étudiant, réa­li­sé dans le cadre des pro­jets citoyens, obli­ga­toires en pre­mière année, sur l’année 2020/​ 2021 a conduit à un affi­chage sur les sites sté­pha­nois (voir pho­tos des affiches ci‐​dessous) ain­si qu’à l’or­ga­ni­sa­tion d’un jeu de piste dans la ville de Saint‐​Etienne ame­nant les joueurs (étu­diants et membres du per­son­nel de l’é­cole à décou­vrir et expé­ri­men­ter des modes de trans­ports alter­na­tifs à la voi­ture : vélo, marche à pied, bus, tramway).

En train ou en bus, c’est mieux que seul en voiture

Privilégier les trans­ports en com­mun plu­tôt que la voi­ture, chaque fois que cela est pos­sible, est donc aus­si une de nos prio­ri­tés. En consé­quence, des titres de trans­port sont à dis­po­si­tion des per­son­nels pour les dépla­ce­ments pro­fes­sion­nels dans le péri­mètre des métro­poles de Saint‐​Etienne, Lyon et Aix‐​Marseille‐​Provence. De la même façon, tous les agents de l’Ecole peuvent béné­fi­cier d’une prise en charge par­tielle des frais d’a­bon­ne­ments mul­ti­mo­daux annuels, men­suels ou heb­do­ma­daires (type SNCF et Navigo) pour les tra­jets domicile‐travail.

Pour leurs dépla­ce­ments pro­fes­sion­nels, les agents sont for­te­ment encou­ra­gés à uti­li­ser les trans­ports en com­mun (tout dépla­ce­ment pro­fes­sion­nel est rem­bour­sé au tarif SNCF 2eme classe, y com­pris s’il est effec­tué avec un véhi­cule personnel).

Sur nos sites sté­pha­nois, ces actions s’inscrivent notam­ment dans le cadre du Plan Mobilité Inter‐​Campus ani­mé par Saint‐​Etienne Métropole afin de créer un espace de dis­cus­sion entre les éta­blis­se­ments d’enseignement supé­rieur et les auto­ri­tés orga­ni­sa­trices des trans­ports (Saint‐​Etienne Métropole, STAS) afin d’adapter au mieux l’offre (en trans­ports en com­mun, amé­na­ge­ments cyclables, etc.) aux besoins.  Ce plan mobi­li­té inter­cam­pus a pour objec­tif de favo­ri­ser l’usage des trans­ports col­lec­tifs sur le réseau de trans­ports urbains de l’agglomération et per­met au per­son­nel sté­pha­nois de Mines Saint‐​Etienne de béné­fi­cier d’une réduc­tion sur les abon­ne­ments supé­rieure à la prise en charge employeur classique.

Pour l’ensemble des étu­diants sté­pha­nois de moins de 26 ans, un abonnement très attractif, au coût de 10€ par mois per­met de béné­fi­cier de l’accès à l’ensemble du réseau de la STAS (Société de Transports de l’Agglomération Stéphanoise), l’opérateur de trans­ports en com­mun de Saint‐​Etienne Métropole. Lors d’une per­ma­nence sur le Campus de Mines Saint Etienne, la STAS inter­vient au contact des étu­diants et du per­son­nel pour faci­li­ter l’adhésion aux abon­ne­ments des trans­ports en commun.

En voiture, mais partagée ou électrique

Depuis plu­sieurs années, le parc de véhi­cules de Mines Saint‐​Etienne est essen­tiel­le­ment consti­tué de petites cita­dines à moto­ri­sa­tion élec­trique. Elles sont à dis­po­si­tion des per­son­nels pour les dépla­ce­ments pro­fes­sion­nels, lorsqu’aucun autre mode de dépla­ce­ment n’est envi­sa­geable de façon pertinente.

Toujours dans le cadre de la poli­tique d’exem­pla­ri­té en matière de mobi­li­té, Mines Saint‐​Etienne adhère à la coopé­ra­tive d’autopartage CITIZ, par­te­naire de la majo­ri­té des réseaux d’au­to­par­tage en France. Cela per­met à ses agents d’utiliser, pour leurs mis­sions pro­fes­sion­nelles, les véhi­cules de la coopé­ra­tive Citiz sur l’ensemble de leur réseau, don­nant ain­si la pos­si­bi­li­té de com­bi­ner trans­ports en com­mun et voi­ture en auto‐​partage pour par­cou­rir les der­niers kilo­mètres quand le lieu de mis­sion est éloi­gné de la gare.

Le « for­fait mobi­li­tés durables » sus‐​cité, per­met éga­le­ment d’encourager les ini­tia­tives de covoi­tu­rage des personnels.

Les déplacements qui polluent le moins sont ceux que l’on évite

La crise sani­taire a pro­fon­dé­ment modi­fié les habi­tudes de tra­vail et a induit de nom­breuses réflexions sur l’opportunité et l’efficience du télé­tra­vail. Comme l’a mon­tré 2020, ces mesures ne sont pas neutres en terme de mobi­li­té et de réduc­tion de l’impact environnemental.

Mines Saint‐​Etienne a mis en place une phase d’expérimentation du télé­tra­vail, inti­tu­lée « Les moda­li­tés de télé­tra­vail à comp­ter du 1er février 2021 (ou hors crise sani­taire) Charte télé­tra­vail et expé­ri­men­ta­tion ». Selon plu­sieurs moda­li­tés, l’expérience sera lan­cée dès la sor­tie de crise pour éva­luer la per­ti­nence et l’impact de ce nou­veau type d’organisation du travail.