PANORAMINES

La technologie immersive : quel bilan pour les entreprises françaises ?

Technologies immersives entreprises françaises

Partager ce contenu :

L’étude de CapGemini sur l’utilisation des technologies immersives, (réalité augmentée : RA, et réalité virtuelle : RV) dans l’industrie, publiée en septembre 2018, révèle certains chiffres intéressants qui permettent de mieux comprendre la situation actuelle sur le marché mondial. Ce bilan offre plusieurs pistes de développement à scruter par les entreprises françaises qui souhaitent se positionner sur les technologies immersives.

Les utilisations populaires de la technologie immersive

Dans les secteurs de l’automobile, de l’industrie et de l’énergie, les utilisations les plus populaires de la RA et de la RV sont la réparation et la maintenance, le design et l’assemblage. Et 29 % à 31 % des entreprises qui utilisent la RA et/ou la RV destinent ces deux technologies à la réparation et la maintenance, notamment pour se renseigner à propos de documents de référence numérique (31 %), faire appel à un expert à distance (30 %), visualiser numériquement des composants non disponibles physiquement (30 %) et intégrer des consignes étape par étape aux différents postes de travail (29 %).

En matière de conception et d’assemblage, les entreprises qui utilisent la RV et/ou la RA s’en servent pour visualiser les instructions d’assemblage numériques (28 %), simuler les performances du produit dans des conditions extrêmes (27 %), visualiser les infrastructures sous différents angles (27 %) et superposer les composants de conception aux modules existants (26 %). Par exemple, le rapport cite l’utilisation par Ford de la technologie de RV pour identifier, puis mettre au point des procédures manuelles à l’aide de capteurs de mouvements installés sur les lignes d’assemblage. Cela a entraîné une baisse de 70 % des blessures chez les employés et une réduction de 90 % des problèmes d’ergonomie.

Les entreprises françaises appelées à rattraper leur retard

La technologie immersive a parcouru un long chemin en peu de temps et continuera d’évoluer. Face à la concurrence agressive des États-Unis et de la Chine, les entreprises françaises sont appelées à rationaliser leurs investissements pour saisir le potentiel de croissance à long terme qu’offre cette technologie. Pour ce faire, il est nécessaire de convaincre en interne en montrant des résultats concrets, car les salariés ont encore une vision très floue des usages possibles de la technologie immersive. L’étude recommande d’enrôler des « tech evangelists » dans tous les secteurs de l’entreprise afin d’impliquer toutes les parties prenantes. L’essor des technologies immersives au cours des 5 dernières années se heurte à un constat flagrant, à savoir la rareté des compétences formées à ces technologies sur le marché de l’emploi en France. C’est la raison pour laquelle, l’École des Mines de Saint-Étienne, qui figure parmi les meilleures écoles d’ingénieurs de France, déploie une recherche orientée vers l’industrie. L’École joue également un rôle prépondérant dans l’accompagnement des entreprises à la transition industrielle via son programme Mines Saint-Étienne Tech. L’École des Mines de Saint-Étienne a, par ailleurs, inauguré la nouvelle plateforme technologique IT’M Factory, le 14 juin 2018. Cette usine numérique physique et virtuelle est développée dans le cadre du programme Mines Saint-Etienne Tech.

En photos

23 Mai. 2019

L’Institut Fayol organisait le 22 mai une rencontre destinée aux entreprises, industriels et acteurs socio-économiques sur la «Transformation numérique et économie circulaire : des leviers complémentaires pour innover»

21 Mai. 2019

14 élèves ISMIN ont participé au « Start-up week-end » Aix-Marseille du 17 au 19 mai avec un travail dense en équipes pluridisciplinaires : plusieurs d’entre eux sont sur le podium