PANORAMINES

Fuite des cerveaux : pourquoi certains choisissent de revenir en France ?

Fuite des cerveaux

Partager ce contenu :

Selon le ministère des Affaires Etrangères, 1,82 million de Français travaillent hors de France au dernier pointage du 31 décembre 2017. Parmi tous ces expatriés qui choisissent, pour différentes raisons, de s’installer dans d’autres pays, certains sont des chercheurs, scientifiques, ingénieurs, informaticiens, etc. Des profils dont les entreprises françaises ont clairement besoin pour se renforcer. Heureusement, au moment où d’autres prennent leur départ vers des destinations très attractives comme la Silicon Valley, d’autres choisissent de revenir au bercail. Découvrons pourquoi !

Un écosystème attractif et une bonne qualité de vie

Après plusieurs années d’expatriation, le retour en France est souvent l’occasion, pour les profils qui reviennent, de faire valoir leur expérience acquise à l’étranger et d’apporter de nouvelles idées et concepts à exécuter en France. Si certains choisissent de créer leur propre entreprise, d’autres préfèrent rejoindre une structure existante. Les aides à la création d’entreprise et le soutien apporté aux porteurs de projets (incubateurs, pôles de compétitivité, open innovation…) sont parmi les raisons qui convainquent les Français expatriés de revenir au pays. Dans ce sens, le projet de loi PACTE, attendu au Conseil des Ministres en juin prochain, comportera plusieurs mesures qui visent à faciliter les démarches relatives aux créations d’entreprises. Ce qui devra encourager davantage de Français expatriés d’investir dans leur pays d’origine.

Par ailleurs, le style de vie « à la française » manque aux Français expatriés. Les nombreuses années passées loin du pays, souvent dans un contexte totalement différent sur les plans culturel, linguistique, environnemental, etc., incitent de nombreux Français à rentrer au pays pour retrouver le rythme de vie qu’ils ont toujours connu et auquel ils sont le mieux adaptés. La France ne manque d’ailleurs pas d’atouts pour séduire, et est même parmi les meilleurs pays en termes de qualité de vie, d’offre culturelle et gastronomique, de biodiversité et de paysages, d’infrastructures, etc.

Faire face à la fuite des cerveaux

Cédric Villani, député en charge de la mission sur l’IA, a avoué que « l’une des parties les plus douloureuses qu’il a fallu regarder en face », lors de la rédaction du rapport sur l’IA, a été le phénomène de la fuite des talents français vers l’étranger. Et d’expliquer qu’il s’agit d’une question à laquelle a été consacré un large volet sur l’amélioration des conditions de travail des cerveaux français au sein des laboratoires. Pour faire face à cette fuite des cerveaux, le rapport préconise ainsi de revaloriser les carrières des chercheurs, notamment en doublant le salaire en début de carrière.

Mais pour le mathématicien, la fuite des experts français en IA ne s’explique pas seulement par les salaires attractifs, mais également par les conditions de travail meilleures que celles proposées par les laboratoires français en matière de démarches administratives, de recrutement, d’achat de matériel, etc. Alors que le président Emmanuel Macron veut faire de la France une championne de l’IA, Villani a révélé que la stratégie du pays en la matière se focalisera sur quatre secteurs économiques prioritaires: la santé, les transports, la défense et l’environnement.

Congrès

Fil-Infos
________________________
Agenda
________________________
Congrès internationaux
________________________
Soutenances de thèse
________________________
Dans la presse
_________________________

Mines Saint-Étienne est lauréate du prix de l’enseignement à l’égalité F/H du concours #Ingenieuses’18 !

TEMPS FORTS EN PHOTOS

En photos

21 Juin. 2018

Les personnels de Mines Saint-Étienne réunis le 21 juin en séminaire stratégique : une journée conviviale et studieuse

20 Juin. 2018

Le dirigeable ID-Fly : un bel exemple de projet d’élèves ISMIN développé au sein du laboratoire ID-Fab sur le campus G Charpak Provence