skip to Main Content

Événements marquants

Prix de thèse "Biometrics" 2018 de la Société de Biomécanique obtenue par Fanette Chassagne

La Société de Biomécanique, distinction obtenue par Fanette Chassagne

Fanette Chassagne, a fait sa thèse CIFRE au laboratoire SAINBIOSE, INSERM U1059, sous la co-direction de P. Badel, J. Molimard et P. Giraux dans le cadre d’une collaboration entre Mines Saint-Étienne, l’Université Jean Monnet et l’entrepriseThuasne.

La compression du membre inférieur est une des modalités la plus courante pour le traitement de l’insuffisance veineuse.

Le traitement compressif, dont l’efficacité clinique est largement admise, est réalisé grâce à des bandes de compression, la pression d’interface appliquée par une bande étant le principe actif du traitement.

Par une approche à la fois expérimentale, clinique et numérique, elle a pu mieux comprendre l’impact de différents paramètres sur la pression exercée par une bande de compression sur la jambe.

Le modèle réduit développé pour la prédiction personnalisée des pressions appliquées par des bandes de compression, qui peut encore être enrichi, pourrait représenter une aide pour la prescription de bandes de compression.

Fanette Chassagne est actuellement en post-doc à l’Université de Washington.

PrediSurge à la pointe des technologies médicales pour la chirurgie endovasculaire

Créée en 2015, Predisurge, spin-off de Mines Saint-Étienne et du CHU-Saint-Étienne, propose aux praticiens hospitaliers un simulateur numérique qui permet, grâce aux données d’imagerie préopératoire de chaque patient, d’obtenir de manière prédictive et personnalisée une prévisualisation de la pose de l’endoprothèse chez les patients.

Lauréate du concours i-Lab 2018 organisé par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, Predisurge poursuit ses études cliniques et s’étoffe : obtention de financement, nouveaux collaborateurs et projets de commercialisation, CES de Las Vegas. David Perrin, dirigeant de la start-up Predisurge et ancien doctorant au CIS, travaille sur la conception d’un logiciel pour un procédé de simulation et de préparation d’opérations chirurgicales, une aide au planning préopératoire de la chirurgie endovasculaire.

Un nouvel enseignant chercheur au CIS pour développer l’IA en santé

Benjamin Dalmas a été recruté maître-assistant en « Science des données de santé » au au CIS le 1er septembre 2018, suite à une thèse menée à l’Université Clermont-Auvergne sur la détection et la modélisation de dépendances dans les parcours de soins.

Au sein du CIS, il rejoint le département I4S pour renforcer l’axe de recherche en machine learning et process mining, sur des projets de modélisation descriptive et prédictive.

Sur le plan enseignement, il est impliqué dans différents programmes de formation de l’école. Plus particulièrement, il est co-responsable du nouveau Master of Science « Health Management & Data Intelligence » co-dirigé avec emlyon business school.

Enfin, il est engagé dans la diffusion et la vulgarisation des sciences via le développement de différentes initiatives récompensées au niveau régional.

Une nouvelle Chaire au CIS

La Chaire Santé Numérique (CASN) portée par l’université Paris Est Créteil (UPEC) et soutenue par une dotation de la Fondation de l’Avenir vise à évaluer l’intégration de la santé numérique comme outil mais également comme objet de recherche en santé.

Mines Saint-Etienne participe à ce projet et travaille sur l’évaluation de l’apport de la télémédecine et de la téléexpertise au travers de 3 cas d’études en dermatologie.

Dr Afafe Zehrouni, post doctorante recrutée sur la chaire, développe une plateforme d’évaluation générique permettant de faciliter le déploiement de ces nouvelles technologies.

Une journée scientifique sera organisée à Saint-Etienne second semestre 2019 et une communication est en cours de préparation pour la Winter Simulation Conference qui aura lieu aux USA en décembre 2019.

Une année riche en dépôts de brevets : zoom sur l’invention d’un dispositif de culture et/ou d’ensemencement cellulaire in vitro.

Ce dispositif breveté par David Marchat et Mikhael Hadida du département BIOPI au CIS permet d’effectuer une culture cellulaire dans un environnement fluidique permettant le contrôle des forces de cisaillement et des vitesses de circulation dans le support de culture.

L’objectif de l’invention est de permettre la culture de cellules dans des conditions standardisées ainsi que l’observation et l’analyse en temps réel de leur réponse à un environnement mécanique et chimique connu et in fine le développement de modèles de tissu osseux qui permettront de répondre à des enjeux scientifiques ou thérapeutiques.

Back To Top