PANORAMINES

Les industriels de la défense renouvellent leurs effectifs

Les industries de la défense dynamisent l’emploi

Partager ce contenu :

Le Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (Gifas) a publié, le 12 avril, des chiffres qui révèlent un boom de l’emploi dans la filière aéronautique. Ainsi, en 2017, on a recensé 190 000 emplois dans la filière, dont 12 000 créations d’emploi, et un chiffre identique en 2018. Sur fond de pénurie d’ingénieurs et de techniciens, les industries de l’armement notamment recrutent à bras ouverts. Les détails.

Les entreprises qui recrutent en  2018

En 2018, le groupe d’électronique Thales, qui totalise 65 000 salariés, compte recruter 5 000 personnes, dont 2 000 en France. Naval Group, qui conçoit et fabrique des bateaux et des sous-marins, recrute 1 000 nouveaux employés, qui viendront s’ajouter aux 13 400 dont dispose le groupe actuellement. Quant au groupe MDBA, producteur de missiles qui employait 4 700 personnes en France à fin 2017, il prévoit 460 à 480 recrutements cette année. Enfin, Nexter, groupe spécialisé dans l’armement terrestre, vise 580 recrutements en 2018, contre 340 en 2017 et 182 en 2016.

Cette vague de recrutement dans l’industrie de la défense s’explique par la volonté de ces groupes de renouveler leurs effectifs vieillissants, d’autant qu’ils n’ont pas embauché durant une décennie de crise, mais ce n’est pas l’unique raison ! En effet, des groupes comme Dassault, MBDA ou encore Naval Group ont réussi à étoffer leurs carnets de commandes et sont donc en quête de nouvelles compétences pour pouvoir répondre aux besoins de leurs clients, aussi bien en France qu’à l’international.

La défense séduit plus de jeunes

Les entreprises de l’industrie de la défense s’arrachent les jeunes diplômés, et ces derniers peuvent prétendre à des salaires qui oscillent entre 40 000 et 45 000 euros par an. Mais le salaire n’est pas le seul élément pris en considération par les jeunes talents qui souhaitent travailler dans le secteur de la défense. En effet, certains jeunes souhaitent faire carrière dans ce secteur par engagement et conviction, compte tenu du rôle stratégique de l’industrie de la défense dans la protection du territoire national contre les différents dangers qui le guettent.

Néanmoins, les entreprises du secteur sont appelées à améliorer leur image auprès du public pour parvenir à séduire davantage de jeunes, à un moment où l’industrie de la défense bat des records de ventes à l’export. D’ailleurs, ces succès commerciaux laissent prédire que l’industrie française de la défense représentera sur le court et le moyen terme autant d’emplois directs que le secteur automobile.

Le groupe MBDA a, ainsi, choisi de construire une marque employeur centrée sur l’idée qu’il constitue le bras industriel de la défense française. Une stratégie qui a visiblement porté ses fruits puisque les talents qui rejoignent l’entreprise sont engagés et le font en toute connaissance de cause. Il faut dire que la défense n’est plus un sujet tabou, et les jeunes sont de plus en plus nombreux à s’y intéresser, notamment depuis 2015.

Congrès

Fil-Infos
________________________
Agenda
________________________
Congrès internationaux
________________________
Soutenances de thèse
________________________
Dans la presse
_________________________

Mines Saint-Étienne est lauréate du prix de l’enseignement à l’égalité F/H du concours #Ingenieuses’18 !

TEMPS FORTS EN PHOTOS

En photos

21 Juin. 2018

Les personnels de Mines Saint-Étienne réunis le 21 juin en séminaire stratégique : une journée conviviale et studieuse

20 Juin. 2018

Le dirigeable ID-Fly : un bel exemple de projet d’élèves ISMIN développé au sein du laboratoire ID-Fab sur le campus G Charpak Provence